Voici les faits saillants :

  • Bénéfice net de 9,2 milliards de dollars généré pour la caisse au cours du trimestre considéré
  • Le rendement annualisé sur 10 exercices s’est établi à 10,2 pour cent
  • L’actif net du compte supplémentaire du RPC dépasse la barre des un milliard de dollars

Toronto (ONTARIO) (le 14 novembre 2019) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 409,5 milliards de dollars, comparativement à 400,6 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent. 

Cette augmentation de l’actif de 8,9 milliards de dollars au cours du trimestre est attribuable à un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, moins des sorties nettes de trésorerie du Régime de pensions du Canada (le RPC) de 0,3 milliard de dollars. Le montant des cotisations au RPC que reçoit l’Office est habituellement plus élevé que le montant nécessaire au versement des prestations au cours du premier semestre de l’année civile, facteur qui est en partie contrebalancé par des versements de prestations supérieurs aux cotisations au cours des derniers mois de l’année. Chaque année, les cotisations à la caisse continuent de surpasser les sorties de trésorerie.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements nets nominaux annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 10,2 pour cent et de 10,3 pour cent, respectivement. Pour le trimestre considéré, la caisse a généré un rendement de 2,3 pour cent, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

Pour le premier semestre de l’exercice, la caisse a augmenté de 17,5 milliards de dollars, ce qui comprend un bénéfice net de 13,4 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, plus des entrées nettes de trésorerie au RPC de 4,1 milliards de dollars. Le portefeuille a généré un rendement net de 3,4 pour cent pour la période, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

« L’office a continué d’obtenir des rendements stables au cours du trimestre considéré, a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office. Parallèlement, nos équipes ont poursuivi leurs efforts pour assurer la création de valeur dans l’avenir. » 

Après la fin du trimestre, l’Office a publié son 12e Rapport sur l’investissement durable, qui témoigne des efforts soutenus de la caisse pour cerner et gérer les facteurs environnementaux, sociaux et relatifs à la gouvernance (facteurs ESG), essentiels à la création de valeur pour les investisseurs à long terme.

« Le fait d’ancrer davantage les facteurs ESG à notre processus de placement favorise l’atteinte de nos objectifs de placement. À titre d’exemple, la gestion des risques et des occasions découlant des changements climatiques et la promotion de l’efficacité des conseils d’administration des sociétés de notre portefeuille nous aident à accroître les rendements des placements à long terme », a ajouté M. Machin. 

L’Office continue de constituer un portefeuille conçu pour réaliser un rendement maximal tout en évitant des risques de perte indus, en tenant compte des facteurs pouvant avoir un effet sur le financement du RPC et sur sa capacité à s’acquitter de ses obligations financières. Le RPC est destiné à servir les intérêts des cotisants et des bénéficiaires actuels, tout en prévoyant plusieurs décennies à l’avance les besoins des générations à venir. L’horizon de placement élargi de l’Office lui procure un avantage comparatif qui l’aide à définir sa stratégie et son appétence au risque. Par conséquent, les résultats à long terme constituent une mesure plus appropriée du rendement des placements de l’Office que les résultats trimestriels ou annuels.

cppib q2 f2020 fund 10 and 5 year returns table FR

Rendement du compte de base du RPC et du compte supplémentaire du RPC

Le compte de base du RPC a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 408,3 milliards de dollars, comparativement à 399,7 milliards de dollars à la fin du premier trimestre de l’exercice 2020. Cette augmentation de l’actif de 8,6 milliards de dollars est attribuable à un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, et à des sorties nettes de trésorerie du RPC de base de 0,6 milliard de dollars. Le compte de base du RPC a réalisé un rendement net de 2,3 pour cent pour le trimestre.

Le compte supplémentaire du RPC a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 1,2 milliard de dollars, comparativement à 0,9 milliard de dollars à la fin du premier trimestre de l’exercice 2020. Cette augmentation de 0,3 milliard de dollars de l’actif est attribuable à un bénéfice net de 0,02 milliard de dollars et à des cotisations nettes au RPC supplémentaire de 0,3 milliard de dollars. Le compte supplémentaire du RPC a réalisé un rendement net de 1,9 pour cent pour le trimestre.

Le RPC de base et le RPC supplémentaire diffèrent quant aux proportions des cotisations, du revenu de placement et des niveaux de risque cibles. Par conséquent, nous prévoyons que le rendement des placements de chacun des comptes différera à chaque trimestre.

Viabilité à long terme

Tous les trois ans, le Bureau de l’actuaire en chef du Canada effectue un examen indépendant de la viabilité du RPC pour les 75 prochaines années. Dans le plus récent rapport triennal, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre 2015, le RPC de base demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce rapport actuariel.

Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le taux de rendement annuel moyen des placements du RPC de base, déduction faite des coûts de placement et des charges d’exploitation de l’Office, sera de 3,9 pour cent supérieur au taux d’inflation des prix à la consommation au Canada au cours des 75 années suivant l’année 2015. En ce qui a trait au RPC supplémentaire, ces prévisions reposent sur l’hypothèse correspondante selon laquelle le taux de rendement réel annuel moyen des placements du RPC supplémentaire sera de 3,55 pour cent.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements réels nets annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 8,4 pour cent et de 8,6 pour cent, respectivement.

cppib q2 f2020 asset mix table FR

Faits saillants de l’exploitation :

  • Nous avons publié notre 12e Rapport sur l’investissement durable, qui témoigne de nos efforts pour comprendre les risques et les occasions que présentent les changements climatiques et renforce la gouvernance d’entreprise à l’aide de mesures destinées à améliorer l’équilibre des genres au sein des conseils d’administration des sociétés ouvertes dans lesquelles l’Office investit. 
  • Nous avons poursuivi l’expansion du bureau de San Francisco, auquel s’est jointe Monica Adractas à titre de chef, Fonds de capital-risque. En outre, l’Office affecte actuellement à ce bureau plusieurs spécialistes importants issus de divers groupes de placement. Ryan Selwood a été nommé dirigeant principal par intérim de notre bureau de San Francisco, et continuera d’exercer les fonctions de directeur général et chef, Placements directs en actions de sociétés fermées.
  • Patrice Walch-Watson, directrice générale principale, avocate-conseil et secrétaire générale, est l’une des récipiendaires du prestigieux prix Chambers Canada GC Influencer décerné par l’un des cabinets d’avocats les plus reconnus au monde, Chambers & Partners.

Faits saillants des activités de placement du deuxième trimestre : 

Actions de sociétés fermées

  • Élargissement de notre partenariat de longue date avec Northleaf Capital Partners en matière de placements dans des actions de sociétés fermées en vue d’investir 200 millions de dollars sur quatre ans dans une structure de fonds permanente offrant l’accès au marché canadien des actions de sociétés fermées. 
  • Dans le cadre d’un consortium, annonce de notre entente visant la fusion de la société Refinitiv, l’un des premiers fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructure des marchés financiers, avec London Stock Exchange Group plc dans le cadre d’une transaction visant la totalité des actions, pour une valeur totale de l’entreprise d’environ 27 milliards de dollars américains. 
  • En partenariat avec le Fonds EQT VIII, conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation d’une valeur de 2,7 milliards de dollars américains dans Waystar, un fournisseur de premier plan de solutions logicielles infonuagiques de gestion du cycle de revenus. Le vendeur, Bain Capital, conservera une participation minoritaire dans la société.

Actifs réels

  • Formation d’une coentreprise avec Boston Properties, Inc. pour créer Platform 16, un complexe urbain de bureaux de catégorie A de 1,1 million de pieds carrés situé à San Jose, en Californie. L’Office détient une participation de 45 pour cent dans la coentreprise, et Boston Properties conservera la participation résiduelle de 55 pour cent.
  • Conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation de 45 pour cent dans PT Lintas Marga Sedaya, le titulaire de concession et exploitant de l’autoroute à péage de 117 km Cikopo­Palimanan (Cipali), en Indonésie, en partenariat avec PT Baskhara Utama Sedaya, une filiale entièrement détenue de PT Astra Tol Nusantara, qui détiendra une participation de 55 pour cent.
  • Acquisition d’une participation additionnelle de 10,01 pour cent dans 407 International Inc., qui détient une concession de l’autoroute express à péage 407 (407 ETR) en Ontario, auprès du Groupe SNC-Lavalin Inc. pour un montant de 3,0 milliards de dollars, ainsi qu’un montant supplémentaire de 250 millions de dollars à verser sur 10 ans, sous réserve de l’atteinte de certains objectifs financiers liés au rendement de l’autoroute à péage. L’Office détient une participation de 50,01 pour cent dans 407 International Inc.
  • Engagement à investir un montant pouvant atteindre 136 millions de dollars australiens, selon des modalités de paiement différé, notamment en ce qui a trait aux coûts, dans le cadre du partenariat avec Dexus Office Trust Australia (DOTA), en vue d’acquérir des immeubles de bureaux à Sydney, en Australie, notamment l’immeuble situé au 3 Spring Street et une partie de l’immeuble situé au 58 Pitt Street.
  • Annonce de notre intention de vendre à Unite Group plc la société de résidences étudiantes entièrement détenue Liberty Living, pour un produit en trésorerie d’environ 1,3 milliard de dollars. L’Office conservera une participation de 20 pour cent dans le groupe.
  • IndInfravit Trust, dans laquelle l’Office est l’un des premiers investisseurs, s’est engagée à acquérir auprès de Sadbhav Infrastructure Project Ltd. la totalité de sa participation dans neuf projets routiers en exploitation en Inde. Selon le prix de l’opération, l’ensemble du portefeuille aurait une valeur d’entreprise d’environ 66 100 millions de roupies indiennes. IndInfravit Trust est une fiducie de placement en infrastructures située en Inde.

Placements en instruments de crédit

  • Engagement à investir une somme de 300 millions d’euros dans un partenariat visant à investir dans des titres de créance privés adossés à des actifs réels dans la péninsule Ibérique, un compte géré de manière distincte qui investira dans des titres de créance immobiliers du marché intermédiaire en Espagne et au Portugal.
  • Engagement à investir une somme de 180 millions de dollars américains dans la tranche de catégorie B subordonnée de certaines titrisations de prêts supplémentaires de Freddie Mac, en partenariat avec Harbor Group International LLC, qui investira un montant de 70 millions de dollars américains. 

Actions à gestion active

  • Investissement d’un montant de 115 millions de dollars américains dans Delhivery Pvt Ltd., l’un des premiers tiers fournisseurs de services de logistique en Inde qui exerce ses activités dans plus de 2 000 villes du pays et offre une gamme complète de services de chaîne d’approvisionnement.

Cession d’actifs :

  • Vente de notre participation de 50 pour cent dans les immeubles de bureaux 7 et 8 de Wellington Place, à Leeds, au Royaume-Uni. Le produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 97 millions de livres sterling, avant les ajustements de clôture habituels. Notre participation dans Wellington Place a été acquise en 2014.
  • Conclusion de la vente, sur le marché libre, de la participation du groupe Placements relationnels dans le Groupe TMX, pour un produit net de 465 millions de dollars. L’Office investit depuis longtemps dans la société, et la vente de cette participation a été effectuée dans le cours normal des activités de gestion du portefeuille.
  • Vente d’une partie de notre participation dans la fiducie Lendlease International Towers Sydney Trust. Le produit net de la transaction devrait s’élever à 532 millions de dollars australiens, et l’Office conservera une participation de 36 pour cent dans la fiducie. L’Office a acquis sa participation initiale dans Lendlease International Towers Sydney Trust en 2012.

Voici les faits saillants des transactions réalisées après la fin du trimestre :

  • Formation d’une coentreprise avec Cyrela Brazil Realty (Cyrela) afin de mettre au point un portefeuille de biens immobiliers résidentiels dans certains quartiers de la ville de São Paulo, au Brésil. La coentreprise ciblera un investissement pouvant aller jusqu’à un milliard de réaux brésiliens en capital-investissement combiné. L’Office détiendra une participation de 80 pour cent dans la coentreprise, et Cyrela détiendra la participation restante de 20 pour cent.
  • Vente de notre participation de 50 pour cent dans l’immeuble Edmonton City Centre, un complexe d’immeubles de bureaux et de commerces de détail à Edmonton, en Alberta. Le produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 146 millions de dollars canadiens. Notre participation a été initialement acquise en 2005.
  • Conclusion d’une entente définitive visant l’acquisition de Pattern Energy Group Inc. (Pattern Energy) dans le cadre d’une transaction entièrement en numéraire pour un montant de 26,75 dollars américains par action, ce qui représente une valeur d’entreprise d’environ 6,1 milliards de dollars américains, y compris la dette nette. Parallèlement, conclusion d’une entente visant le regroupement de Pattern Energy et de sa société liée du secteur de l’aménagement, Pattern Energy Group 2 LP (Pattern Development). Le siège social de Pattern Energy est situé à San Francisco, en Californie. Pattern Energy détient un portefeuille de 28 projets d’énergie renouvelable en Amérique du Nord et au Japon, et Pattern Development détient un portefeuille de projets d’aménagement d’une capacité de plus de 10 GW en Amérique du Nord et au Japon.
  • Signature d’une entente visant la vente de notre participation de 39 pour cent dans Interparking, un propriétaire et exploitant de stationnements en Europe, pour un produit net d’environ 870 millions de dollars. Notre participation a été initialement acquise en 2014.
  • Engagement à investir un montant de 500 millions d’euros dans Traviata I S.à r.l., une société de portefeuille se préparant à acquérir Axel Springer SE, une société du secteur des médias et des technologies, en partenariat avec des fonds pour lesquels KKR est conseiller.

À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel qui investit, dans l’intérêt de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier les portefeuille d’actifs, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à San Francisco, à São Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 30 septembre 2019, la caisse du RPC totalisait 409,5 milliards de dollars. Pour obtenir plus de renseignements sur l’Office, veuillez visiter le site www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedInFacebook ou Twitter.

Mise en garde

Le présent communiqué contient de l’« information prospective » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières et des « déclarations prospectives » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et d’autres dispositions refuge de lois américaines applicables. Toutes ces déclarations prospectives sont formulées et présentées conformément aux dispositions refuge des lois américaines applicables en matière de valeurs mobilières. L’information et les déclarations prospectives comprennent toute l’information et toutes les déclarations au sujet des intentions, des plans, des attentes, des croyances, des objectifs, de la performance future et de la stratégie de l’Office, ainsi que toute autre information ou déclaration à l’égard de circonstances ou d’événements futurs qui ne se rapportent ni directement, ni exclusivement à des faits passés. L’information et les déclarations prospectives se caractérisent souvent, mais pas toujours, par l’emploi de termes comme « tendance », « éventuel », « possibilité », « croire », « prévoir », « s’attendre à », « actuel », « avoir l’intention de », « estimer », « position », « supposer », « perspectives », « continuer », « demeurer », « maintenir », « soutenir », « viser », « atteindre », ainsi que par l’emploi de la forme future ou conditionnelle des verbes tels que « être », « devoir » ou « pouvoir » et d’expressions similaires. L’information et les déclarations prospectives ne représentent pas des faits passés, mais plutôt les prévisions actuelles de l’Office à l’égard des résultats et des événements futurs. Cette information et ces déclarations prospectives sont assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats ou événements réels diffèrent considérablement des attentes actuelles, notamment en ce qui a trait au revenu de placement disponible, aux acquisitions prévues, aux approbations réglementaires et autres et aux conditions de placement en général. Bien que l’Office soit d’avis que les hypothèses qui les sous-tendent sont raisonnables, cette information et ces déclarations prospectives ne constituent pas une garantie de la performance future et, par conséquent, les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces déclarations en raison de leur nature incertaine. L’Office ne s’engage pas à mettre à jour publiquement ces déclarations à la lumière de nouvelles informations, par suite d’événements futurs, de changements de circonstances ou pour toute autre raison. L’information présentée sur le site Web et les comptes LinkedIn, Facebook et Twitter de l’Office ne fait pas partie intégrante de ce communiqué.

 

Voici les faits saillants :

  • Bénéfice net de 9,2 milliards de dollars généré pour la caisse au cours du trimestre considéré
  • Le rendement annualisé sur 10 exercices s’est établi à 10,2 pour cent
  • L’actif net du compte supplémentaire du RPC dépasse la barre des un milliard de dollars

Toronto (ONTARIO) (le 14 novembre 2019) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 409,5 milliards de dollars, comparativement à 400,6 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent. 

Cette augmentation de l’actif de 8,9 milliards de dollars au cours du trimestre est attribuable à un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, moins des sorties nettes de trésorerie du Régime de pensions du Canada (le RPC) de 0,3 milliard de dollars. Le montant des cotisations au RPC que reçoit l’Office est habituellement plus élevé que le montant nécessaire au versement des prestations au cours du premier semestre de l’année civile, facteur qui est en partie contrebalancé par des versements de prestations supérieurs aux cotisations au cours des derniers mois de l’année. Chaque année, les cotisations à la caisse continuent de surpasser les sorties de trésorerie.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements nets nominaux annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 10,2 pour cent et de 10,3 pour cent, respectivement. Pour le trimestre considéré, la caisse a généré un rendement de 2,3 pour cent, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

Pour le premier semestre de l’exercice, la caisse a augmenté de 17,5 milliards de dollars, ce qui comprend un bénéfice net de 13,4 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, plus des entrées nettes de trésorerie au RPC de 4,1 milliards de dollars. Le portefeuille a généré un rendement net de 3,4 pour cent pour la période, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

« L’office a continué d’obtenir des rendements stables au cours du trimestre considéré, a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office. Parallèlement, nos équipes ont poursuivi leurs efforts pour assurer la création de valeur dans l’avenir. » 

Après la fin du trimestre, l’Office a publié son 12e Rapport sur l’investissement durable, qui témoigne des efforts soutenus de la caisse pour cerner et gérer les facteurs environnementaux, sociaux et relatifs à la gouvernance (facteurs ESG), essentiels à la création de valeur pour les investisseurs à long terme.

« Le fait d’ancrer davantage les facteurs ESG à notre processus de placement favorise l’atteinte de nos objectifs de placement. À titre d’exemple, la gestion des risques et des occasions découlant des changements climatiques et la promotion de l’efficacité des conseils d’administration des sociétés de notre portefeuille nous aident à accroître les rendements des placements à long terme », a ajouté M. Machin. 

L’Office continue de constituer un portefeuille conçu pour réaliser un rendement maximal tout en évitant des risques de perte indus, en tenant compte des facteurs pouvant avoir un effet sur le financement du RPC et sur sa capacité à s’acquitter de ses obligations financières. Le RPC est destiné à servir les intérêts des cotisants et des bénéficiaires actuels, tout en prévoyant plusieurs décennies à l’avance les besoins des générations à venir. L’horizon de placement élargi de l’Office lui procure un avantage comparatif qui l’aide à définir sa stratégie et son appétence au risque. Par conséquent, les résultats à long terme constituent une mesure plus appropriée du rendement des placements de l’Office que les résultats trimestriels ou annuels.

cppib q2 f2020 fund 10 and 5 year returns table FR

Rendement du compte de base du RPC et du compte supplémentaire du RPC

Le compte de base du RPC a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 408,3 milliards de dollars, comparativement à 399,7 milliards de dollars à la fin du premier trimestre de l’exercice 2020. Cette augmentation de l’actif de 8,6 milliards de dollars est attribuable à un bénéfice net de 9,2 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, et à des sorties nettes de trésorerie du RPC de base de 0,6 milliard de dollars. Le compte de base du RPC a réalisé un rendement net de 2,3 pour cent pour le trimestre.

Le compte supplémentaire du RPC a clôturé le deuxième trimestre de l’exercice 2020, le 30 septembre 2019, avec un actif net de 1,2 milliard de dollars, comparativement à 0,9 milliard de dollars à la fin du premier trimestre de l’exercice 2020. Cette augmentation de 0,3 milliard de dollars de l’actif est attribuable à un bénéfice net de 0,02 milliard de dollars et à des cotisations nettes au RPC supplémentaire de 0,3 milliard de dollars. Le compte supplémentaire du RPC a réalisé un rendement net de 1,9 pour cent pour le trimestre.

Le RPC de base et le RPC supplémentaire diffèrent quant aux proportions des cotisations, du revenu de placement et des niveaux de risque cibles. Par conséquent, nous prévoyons que le rendement des placements de chacun des comptes différera à chaque trimestre.

Viabilité à long terme

Tous les trois ans, le Bureau de l’actuaire en chef du Canada effectue un examen indépendant de la viabilité du RPC pour les 75 prochaines années. Dans le plus récent rapport triennal, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre 2015, le RPC de base demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce rapport actuariel.

Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le taux de rendement annuel moyen des placements du RPC de base, déduction faite des coûts de placement et des charges d’exploitation de l’Office, sera de 3,9 pour cent supérieur au taux d’inflation des prix à la consommation au Canada au cours des 75 années suivant l’année 2015. En ce qui a trait au RPC supplémentaire, ces prévisions reposent sur l’hypothèse correspondante selon laquelle le taux de rendement réel annuel moyen des placements du RPC supplémentaire sera de 3,55 pour cent.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements réels nets annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 8,4 pour cent et de 8,6 pour cent, respectivement.

cppib q2 f2020 asset mix table FR

Faits saillants de l’exploitation :

  • Nous avons publié notre 12e Rapport sur l’investissement durable, qui témoigne de nos efforts pour comprendre les risques et les occasions que présentent les changements climatiques et renforce la gouvernance d’entreprise à l’aide de mesures destinées à améliorer l’équilibre des genres au sein des conseils d’administration des sociétés ouvertes dans lesquelles l’Office investit. 
  • Nous avons poursuivi l’expansion du bureau de San Francisco, auquel s’est jointe Monica Adractas à titre de chef, Fonds de capital-risque. En outre, l’Office affecte actuellement à ce bureau plusieurs spécialistes importants issus de divers groupes de placement. Ryan Selwood a été nommé dirigeant principal par intérim de notre bureau de San Francisco, et continuera d’exercer les fonctions de directeur général et chef, Placements directs en actions de sociétés fermées.
  • Patrice Walch-Watson, directrice générale principale, avocate-conseil et secrétaire générale, est l’une des récipiendaires du prestigieux prix Chambers Canada GC Influencer décerné par l’un des cabinets d’avocats les plus reconnus au monde, Chambers & Partners.

Faits saillants des activités de placement du deuxième trimestre : 

Actions de sociétés fermées

  • Élargissement de notre partenariat de longue date avec Northleaf Capital Partners en matière de placements dans des actions de sociétés fermées en vue d’investir 200 millions de dollars sur quatre ans dans une structure de fonds permanente offrant l’accès au marché canadien des actions de sociétés fermées. 
  • Dans le cadre d’un consortium, annonce de notre entente visant la fusion de la société Refinitiv, l’un des premiers fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructure des marchés financiers, avec London Stock Exchange Group plc dans le cadre d’une transaction visant la totalité des actions, pour une valeur totale de l’entreprise d’environ 27 milliards de dollars américains. 
  • En partenariat avec le Fonds EQT VIII, conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation d’une valeur de 2,7 milliards de dollars américains dans Waystar, un fournisseur de premier plan de solutions logicielles infonuagiques de gestion du cycle de revenus. Le vendeur, Bain Capital, conservera une participation minoritaire dans la société.

Actifs réels

  • Formation d’une coentreprise avec Boston Properties, Inc. pour créer Platform 16, un complexe urbain de bureaux de catégorie A de 1,1 million de pieds carrés situé à San Jose, en Californie. L’Office détient une participation de 45 pour cent dans la coentreprise, et Boston Properties conservera la participation résiduelle de 55 pour cent.
  • Conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation de 45 pour cent dans PT Lintas Marga Sedaya, le titulaire de concession et exploitant de l’autoroute à péage de 117 km Cikopo­Palimanan (Cipali), en Indonésie, en partenariat avec PT Baskhara Utama Sedaya, une filiale entièrement détenue de PT Astra Tol Nusantara, qui détiendra une participation de 55 pour cent.
  • Acquisition d’une participation additionnelle de 10,01 pour cent dans 407 International Inc., qui détient une concession de l’autoroute express à péage 407 (407 ETR) en Ontario, auprès du Groupe SNC-Lavalin Inc. pour un montant de 3,0 milliards de dollars, ainsi qu’un montant supplémentaire de 250 millions de dollars à verser sur 10 ans, sous réserve de l’atteinte de certains objectifs financiers liés au rendement de l’autoroute à péage. L’Office détient une participation de 50,01 pour cent dans 407 International Inc.
  • Engagement à investir un montant pouvant atteindre 136 millions de dollars australiens, selon des modalités de paiement différé, notamment en ce qui a trait aux coûts, dans le cadre du partenariat avec Dexus Office Trust Australia (DOTA), en vue d’acquérir des immeubles de bureaux à Sydney, en Australie, notamment l’immeuble situé au 3 Spring Street et une partie de l’immeuble situé au 58 Pitt Street.
  • Annonce de notre intention de vendre à Unite Group plc la société de résidences étudiantes entièrement détenue Liberty Living, pour un produit en trésorerie d’environ 1,3 milliard de dollars. L’Office conservera une participation de 20 pour cent dans le groupe.
  • IndInfravit Trust, dans laquelle l’Office est l’un des premiers investisseurs, s’est engagée à acquérir auprès de Sadbhav Infrastructure Project Ltd. la totalité de sa participation dans neuf projets routiers en exploitation en Inde. Selon le prix de l’opération, l’ensemble du portefeuille aurait une valeur d’entreprise d’environ 66 100 millions de roupies indiennes. IndInfravit Trust est une fiducie de placement en infrastructures située en Inde.

Placements en instruments de crédit

  • Engagement à investir une somme de 300 millions d’euros dans un partenariat visant à investir dans des titres de créance privés adossés à des actifs réels dans la péninsule Ibérique, un compte géré de manière distincte qui investira dans des titres de créance immobiliers du marché intermédiaire en Espagne et au Portugal.
  • Engagement à investir une somme de 180 millions de dollars américains dans la tranche de catégorie B subordonnée de certaines titrisations de prêts supplémentaires de Freddie Mac, en partenariat avec Harbor Group International LLC, qui investira un montant de 70 millions de dollars américains. 

Actions à gestion active

  • Investissement d’un montant de 115 millions de dollars américains dans Delhivery Pvt Ltd., l’un des premiers tiers fournisseurs de services de logistique en Inde qui exerce ses activités dans plus de 2 000 villes du pays et offre une gamme complète de services de chaîne d’approvisionnement.

Cession d’actifs :

  • Vente de notre participation de 50 pour cent dans les immeubles de bureaux 7 et 8 de Wellington Place, à Leeds, au Royaume-Uni. Le produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 97 millions de livres sterling, avant les ajustements de clôture habituels. Notre participation dans Wellington Place a été acquise en 2014.
  • Conclusion de la vente, sur le marché libre, de la participation du groupe Placements relationnels dans le Groupe TMX, pour un produit net de 465 millions de dollars. L’Office investit depuis longtemps dans la société, et la vente de cette participation a été effectuée dans le cours normal des activités de gestion du portefeuille.
  • Vente d’une partie de notre participation dans la fiducie Lendlease International Towers Sydney Trust. Le produit net de la transaction devrait s’élever à 532 millions de dollars australiens, et l’Office conservera une participation de 36 pour cent dans la fiducie. L’Office a acquis sa participation initiale dans Lendlease International Towers Sydney Trust en 2012.

Voici les faits saillants des transactions réalisées après la fin du trimestre :

  • Formation d’une coentreprise avec Cyrela Brazil Realty (Cyrela) afin de mettre au point un portefeuille de biens immobiliers résidentiels dans certains quartiers de la ville de São Paulo, au Brésil. La coentreprise ciblera un investissement pouvant aller jusqu’à un milliard de réaux brésiliens en capital-investissement combiné. L’Office détiendra une participation de 80 pour cent dans la coentreprise, et Cyrela détiendra la participation restante de 20 pour cent.
  • Vente de notre participation de 50 pour cent dans l’immeuble Edmonton City Centre, un complexe d’immeubles de bureaux et de commerces de détail à Edmonton, en Alberta. Le produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 146 millions de dollars canadiens. Notre participation a été initialement acquise en 2005.
  • Conclusion d’une entente définitive visant l’acquisition de Pattern Energy Group Inc. (Pattern Energy) dans le cadre d’une transaction entièrement en numéraire pour un montant de 26,75 dollars américains par action, ce qui représente une valeur d’entreprise d’environ 6,1 milliards de dollars américains, y compris la dette nette. Parallèlement, conclusion d’une entente visant le regroupement de Pattern Energy et de sa société liée du secteur de l’aménagement, Pattern Energy Group 2 LP (Pattern Development). Le siège social de Pattern Energy est situé à San Francisco, en Californie. Pattern Energy détient un portefeuille de 28 projets d’énergie renouvelable en Amérique du Nord et au Japon, et Pattern Development détient un portefeuille de projets d’aménagement d’une capacité de plus de 10 GW en Amérique du Nord et au Japon.
  • Signature d’une entente visant la vente de notre participation de 39 pour cent dans Interparking, un propriétaire et exploitant de stationnements en Europe, pour un produit net d’environ 870 millions de dollars. Notre participation a été initialement acquise en 2014.
  • Engagement à investir un montant de 500 millions d’euros dans Traviata I S.à r.l., une société de portefeuille se préparant à acquérir Axel Springer SE, une société du secteur des médias et des technologies, en partenariat avec des fonds pour lesquels KKR est conseiller.

À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel qui investit, dans l’intérêt de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier les portefeuille d’actifs, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à San Francisco, à São Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 30 septembre 2019, la caisse du RPC totalisait 409,5 milliards de dollars. Pour obtenir plus de renseignements sur l’Office, veuillez visiter le site www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedInFacebook ou Twitter.

Mise en garde

Le présent communiqué contient de l’« information prospective » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières et des « déclarations prospectives » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et d’autres dispositions refuge de lois américaines applicables. Toutes ces déclarations prospectives sont formulées et présentées conformément aux dispositions refuge des lois américaines applicables en matière de valeurs mobilières. L’information et les déclarations prospectives comprennent toute l’information et toutes les déclarations au sujet des intentions, des plans, des attentes, des croyances, des objectifs, de la performance future et de la stratégie de l’Office, ainsi que toute autre information ou déclaration à l’égard de circonstances ou d’événements futurs qui ne se rapportent ni directement, ni exclusivement à des faits passés. L’information et les déclarations prospectives se caractérisent souvent, mais pas toujours, par l’emploi de termes comme « tendance », « éventuel », « possibilité », « croire », « prévoir », « s’attendre à », « actuel », « avoir l’intention de », « estimer », « position », « supposer », « perspectives », « continuer », « demeurer », « maintenir », « soutenir », « viser », « atteindre », ainsi que par l’emploi de la forme future ou conditionnelle des verbes tels que « être », « devoir » ou « pouvoir » et d’expressions similaires. L’information et les déclarations prospectives ne représentent pas des faits passés, mais plutôt les prévisions actuelles de l’Office à l’égard des résultats et des événements futurs. Cette information et ces déclarations prospectives sont assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats ou événements réels diffèrent considérablement des attentes actuelles, notamment en ce qui a trait au revenu de placement disponible, aux acquisitions prévues, aux approbations réglementaires et autres et aux conditions de placement en général. Bien que l’Office soit d’avis que les hypothèses qui les sous-tendent sont raisonnables, cette information et ces déclarations prospectives ne constituent pas une garantie de la performance future et, par conséquent, les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces déclarations en raison de leur nature incertaine. L’Office ne s’engage pas à mettre à jour publiquement ces déclarations à la lumière de nouvelles informations, par suite d’événements futurs, de changements de circonstances ou pour toute autre raison. L’information présentée sur le site Web et les comptes LinkedIn, Facebook et Twitter de l’Office ne fait pas partie intégrante de ce communiqué.

 

Contenu de l'article

Darryl Konynenbelt
Directeur, Relations mondiales avec les médias
T : 1 416 972 8389
dkonynenbelt@cppib.com