Voici les faits saillants :

·   L’actif net dépasse la barre des 400 milliards de dollars

·   Les rendements sur 10 et sur cinq exercices se sont tous deux établis à 10,5 pour cent

·   Bénéfice net de 4,1 milliards de dollars généré pour la caisse au cours du trimestre considéré

 

TORONTO (ONTARIO) (le 14 août 2019) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 400,6 milliards de dollars, comparativement à 392,0 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent.

Cette augmentation de l’actif de 8,6 milliards de dollars au cours du trimestre est attribuable à un bénéfice net de 4,1 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, et à des cotisations nettes au Régime de pensions du Canada (le RPC) de 4,5 milliards de dollars.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements nets nominaux annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 10,5 pour cent. Pour le trimestre considéré, la caisse a généré un rendement de 1,1 pour cent, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.  « Les programmes de placement de l’Office ont offert de bons rendements au premier trimestre, et ont généré un solide bénéfice net en monnaie locale, a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office. Toutefois, l’appréciation du dollar canadien par rapport aux principales devises en juin a freiné nos rendements dans l’ensemble, le marché ayant réagi aux attentes de baisse des taux d’intérêt aux États-Unis et en Europe. »

Le service Gestion de portefeuille global a offert le meilleur rendement, notamment grâce aux gains enregistrés par les placements à revenu fixe. Les services Actions de sociétés fermées et Actions à gestion active ont également enregistré des résultats positifs, stimulés par la confiance accrue des investisseurs sur les marchés boursiers mondiaux.

L’Office continue de constituer un portefeuille conçu pour réaliser un rendement maximal tout en évitant des risques de perte indus, en tenant compte des facteurs pouvant avoir un effet sur le financement du RPC et sur sa capacité à s’acquitter de ses obligations financières. Le RPC est destiné à servir les intérêts des cotisants et des bénéficiaires actuels, tout en prévoyant plusieurs décennies à l’avance les besoins des générations à venir. L’horizon de placement élargi de l’Office lui procure un avantage comparatif qui l’aide à définir sa stratégie et son appétence au risque. Par conséquent, les résultats à long terme constituent une mesure plus appropriée du rendement des placements de l’Office que les résultats trimestriels ou annuels.

Fund five and 10 year returns table FR

 

 

 

 

 

 

Rendement du compte de base du RPC et du compte supplémentaire du RPC

Le compte de base du RPC a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 399,7 milliards de dollars, comparativement à 391,6 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2019. Cette augmentation de l’actif de 8,1 milliards de dollars est attribuable à un bénéfice net de 4,1 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, et à des cotisations nettes au RPC de base de 4,0 milliards de dollars. Le compte de base du RPC a réalisé un rendement net de 1,1 pour cent pour le trimestre.

Le compte supplémentaire du RPC a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 0,9 milliard de dollars, comparativement à 0,4 milliard de dollars à la fin de l’exercice 2019. Cette augmentation de 0,5 milliard de dollars de l’actif est attribuable à un bénéfice net de 0,01 milliard de dollars et à des cotisations nettes au RPC supplémentaire de 0,5 milliard de dollars. Le compte supplémentaire du RPC a réalisé un rendement net de 1,5 pour cent pour le trimestre.

Viabilité à long terme

Tous les trois ans, le Bureau de l’actuaire en chef du Canada effectue un examen indépendant de la viabilité du RPC pour les 75 prochaines années. Dans le plus récent rapport triennal, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre 2015, le RPC de base demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce
rapport actuariel.

Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le taux de rendement annuel moyen des placements du RPC de base, déduction faite des coûts de placement et des charges d’exploitation de l’Office, sera de 3,9 pour cent supérieur au taux d’inflation des prix à la consommation au Canada au cours des 75 années suivant l’année 2015. En ce qui a trait au RPC supplémentaire, ces prévisions reposent sur l’hypothèse correspondante selon laquelle le taux de rendement réel annuel moyen des placements du RPC supplémentaire sera de 3,55 pour cent.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements réels nets annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 8,6 pour cent et de 8,8 pour cent, respectivement.

Asset mix table FR

Faits saillants de l’exploitation :

  • En juin 2019, nous avons ouvert un bureau à San Francisco afin de faciliter l’accès à des occasions de placement et d’approfondir nos relations au sein de l’écosystème technologique. Des professionnels de divers services de placement comme Actions de sociétés fermées et Actions à gestion active seront installés à cet emplacement. Il s’agit du neuvième bureau de l’Office à l’échelle mondiale, et de notre deuxième bureau aux États-Unis avec celui de New York, qui a été ouvert en 2014.
  • Nous avons renforcé notre cadre intégré de gestion des risques amélioré adopté au cours de l’exercice 2019 afin de mettre en œuvre un ensemble supplémentaire de limites relatives au risque portant sur les risques financiers et non financiers. Le cadre intégré de gestion des risques et les nouvelles limites relatives au risque connexes permettent de dresser un portrait plus exhaustif des divers aspects des risques que nous gérons et d’en améliorer la gouvernance. Les nouvelles limites relatives au risque ne changent pas de manière significative le niveau de risque auquel la caisse est exposée.

Faits saillants des activités de placement du premier trimestre :

Actions de sociétés fermées

  • Dans le cadre d’un consortium, établissement des modalités d’une offre recommandée visant l’acquisition de Merlin Entertainments plc en contrepartie d’un montant en trésorerie de 455 pence par action pour la totalité du capital social émis et à émettre de Merlin, à l’exception des actions déjà détenues par KIRKBI, un membre du consortium. Merlin est un chef de file mondial du secteur du divertissement familial.
  • Conclusion d’une transaction visant à investir un montant additionnel de 95 millions de livres sterling dans Visma, l’un des principaux fournisseurs de logiciels et de services de gestion d’entreprise des pays nordiques et du Benelux, ce qui porte l’investissement total et la participation de l’Office dans la société à 200 millions de livres sterling et 4,7 pour cent, respectivement.

Actifs réels

  • Mise sur pied de Maple Power, une coentreprise détenue en parts égales avec Enbridge, en vue d’investir dans des projets éoliens à diverses étapes de développement au large des côtes européennes, à la suite d’une transaction initiale visant l’acquisition d’actifs liés à l’énergie renouvelable auprès d’Enbridge en 2018.
  • Signature d’un protocole d’entente avec Piramal Enterprises visant à coparrainer une fiducie de placement en infrastructures du secteur des énergies renouvelables qui fera l’acquisition d’actifs d’exploitation liés aux énergies renouvelables en Inde. Nous détiendrons une participation majoritaire dans la fiducie et prévoyons effectuer un investissement cible initial d’environ 300 millions de dollars. Piramal et d’autres investisseurs à long terme détiendront les participations restantes.

Placements en instruments de crédit

  • Acquisition d’une partie des droits de redevance de LifeArc sur les ventes mondiales de Keytruda® (pembrolizumab) pour un montant d’environ 1,3 milliard de dollars américains. Le Keytruda est un traitement anti-PD-1 développé et commercialisé par Merck (connu sous le nom de MSD à l’extérieur des États-Unis et du Canada).

Actions à gestion active

  • Investissement d’un montant de 200 millions de dollars dans Premium Brands Holdings, pour une participation d’environ 7,1 pour cent dans la société. Premium Brands est l’un des principaux producteurs, négociants et distributeurs de produits alimentaires de spécialité au Canada et aux États-Unis.

Cession d’actifs

  • Acceptation de vendre Acelity Inc. pour un montant total d’environ 6,725 milliards de dollars américains, dans le cadre de notre consortium formé avec Apax Partners et l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public. Acelity est un chef de file dans le domaine des produits liés à la thérapie par pression négative, des pansements sophistiqués pour les plaies et des pansements chirurgicaux spécialisés.
  • Acceptation de voter en faveur de l’acquisition, par Waste Management, d’Advanced Disposal Services, dans laquelle nous détenons une participation de 19 pour cent. La transaction est assujettie aux conditions de clôture habituelles, et le produit net devrait se chiffrer à 549 millions de dollars américains. Advanced Disposal fournit des services de collecte, d’élimination et de recyclage de déchets aux États-Unis.

Voici les faits saillants des transactions réalisées après la fin du trimestre :

  • Dans le cadre d’un consortium, annonce de notre entente visant la fusion de la société Refinitiv, l’un des premiers fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructure des marchés financiers, avec London Stock Exchange Group plc dans le cadre d’une transaction visant la totalité des actions, pour une valeur totale de l’entreprise d’environ 27 milliards de dollars américains.
  • En partenariat avec le Fonds EQT VIII, conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation dans Waystar, un fournisseur de premier plan de solutions logicielles infonuagiques de gestion du cycle de revenus. L’entreprise est évaluée à 2,7 milliards de dollars américains. Le vendeur, Bain Capital, conservera une participation minoritaire dans la société.
  • Engagement à investir un montant de 136 millions de dollars australiens, dans le cadre du partenariat avec Dexus Office Trust Australia (DOTA), en vue d’acquérir des immeubles de bureaux à Sydney, en Australie, notamment l’immeuble situé au 3 Spring Street et une partie de l’immeuble situé au 58 Pitt Street.
  • Conclusion de la vente de notre participation de 40 pour cent dans Solveig Gas HoldCo A/S, une société qui détenait une participation de 25,6 pour cent dans Gassled, un réseau de transport de gaz naturel en Norvège.
  • Annonce de notre intention de vendre à Unite Group plc la société de résidences étudiantes entièrement détenue Liberty Living, pour un produit en trésorerie d’environ 1,3 milliard de dollars. L’Office conservera une participation de 20 pour cent dans le groupe.
  • IndInfravit Trust, dans laquelle l’Office est l’un des premiers investisseurs, s’est engagée à acquérir auprès de Sadbhav Infrastructure Project Ltd. la totalité de sa participation dans neuf projets routiers en exploitation en Inde. Selon le prix de l’opération, l’ensemble du portefeuille aurait une valeur d’entreprise d’environ 66 100 millions de roupies indiennes. IndInfravit Trust est une fiducie de placement en infrastructures située en Inde.

À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada

L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel qui investit, dans l’intérêt de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier les portefeuille d’actifs, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à San Francisco, à São Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 30 juin 2019, la caisse du RPC totalisait 400,6 milliards de dollars. Pour obtenir plus de renseignements sur l’Office, veuillez visiter le site www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedIn, Facebook ou Twitter.

Mise en garde

Le présent communiqué contient de l’« information prospective » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières et des « déclarations prospectives » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et d’autres dispositions refuge de lois américaines applicables. Toutes ces déclarations prospectives sont formulées et présentées conformément aux dispositions refuge des lois américaines applicables en matière de valeurs mobilières. L’information et les déclarations prospectives comprennent toute l’information et toutes les déclarations au sujet des intentions, des plans, des attentes, des croyances, des objectifs, de la performance future et de la stratégie de l’Office, ainsi que toute autre information ou déclaration à l’égard de circonstances ou d’événements futurs qui ne se rapportent ni directement, ni exclusivement à des faits passés. L’information et les déclarations prospectives se caractérisent souvent, mais pas toujours, par l’emploi de termes comme « tendance », « éventuel », « possibilité », « croire », « prévoir », « s’attendre à », « actuel », « avoir l’intention de », « estimer », « position », « supposer », « perspectives », « continuer », « demeurer », « maintenir », « soutenir », « viser », « atteindre », ainsi que par l’emploi de la forme future ou conditionnelle des verbes tels que « être », « devoir » ou « pouvoir » et d’expressions similaires. L’information et les déclarations prospectives ne représentent pas des faits passés, mais plutôt les prévisions actuelles de l’Office à l’égard des résultats et des événements futurs. Cette information et ces déclarations prospectives sont assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats ou événements réels diffèrent considérablement des attentes actuelles, notamment en ce qui a trait au revenu de placement disponible, aux acquisitions prévues, aux approbations réglementaires et autres et aux conditions de placement en général. Bien que l’Office soit d’avis que les hypothèses qui les sous-tendent sont raisonnables, cette information et ces déclarations prospectives ne constituent pas une garantie de la performance future et, par conséquent, les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces déclarations en raison de leur nature incertaine. L’Office ne s’engage pas à mettre à jour publiquement ces déclarations à la lumière de nouvelles informations, par suite d’événements futurs, de changements de circonstances ou pour toute autre raison. L’information présentée sur le site Web et les comptes LinkedIn, Facebook et Twitter de l’Office ne fait pas partie intégrante de ce communiqué.

 

Voici les faits saillants :

·   L’actif net dépasse la barre des 400 milliards de dollars

·   Les rendements sur 10 et sur cinq exercices se sont tous deux établis à 10,5 pour cent

·   Bénéfice net de 4,1 milliards de dollars généré pour la caisse au cours du trimestre considéré

  TORONTO (ONTARIO) (le 14 août 2019) : L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 400,6 milliards de dollars, comparativement à 392,0 milliards de dollars à la fin du trimestre précédent. Cette augmentation de l’actif de 8,6 milliards de dollars au cours du trimestre est attribuable à un bénéfice net de 4,1 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, et à des cotisations nettes au Régime de pensions du Canada (le RPC) de 4,5 milliards de dollars. La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements nets nominaux annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 10,5 pour cent. Pour le trimestre considéré, la caisse a généré un rendement de 1,1 pour cent, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.  « Les programmes de placement de l’Office ont offert de bons rendements au premier trimestre, et ont généré un solide bénéfice net en monnaie locale, a déclaré Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office. Toutefois, l’appréciation du dollar canadien par rapport aux principales devises en juin a freiné nos rendements dans l’ensemble, le marché ayant réagi aux attentes de baisse des taux d’intérêt aux États-Unis et en Europe. » Le service Gestion de portefeuille global a offert le meilleur rendement, notamment grâce aux gains enregistrés par les placements à revenu fixe. Les services Actions de sociétés fermées et Actions à gestion active ont également enregistré des résultats positifs, stimulés par la confiance accrue des investisseurs sur les marchés boursiers mondiaux. L’Office continue de constituer un portefeuille conçu pour réaliser un rendement maximal tout en évitant des risques de perte indus, en tenant compte des facteurs pouvant avoir un effet sur le financement du RPC et sur sa capacité à s’acquitter de ses obligations financières. Le RPC est destiné à servir les intérêts des cotisants et des bénéficiaires actuels, tout en prévoyant plusieurs décennies à l’avance les besoins des générations à venir. L’horizon de placement élargi de l’Office lui procure un avantage comparatif qui l’aide à définir sa stratégie et son appétence au risque. Par conséquent, les résultats à long terme constituent une mesure plus appropriée du rendement des placements de l’Office que les résultats trimestriels ou annuels. Fund five and 10 year returns table FR      
   
  Rendement du compte de base du RPC et du compte supplémentaire du RPC Le compte de base du RPC a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 399,7 milliards de dollars, comparativement à 391,6 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2019. Cette augmentation de l’actif de 8,1 milliards de dollars est attribuable à un bénéfice net de 4,1 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, et à des cotisations nettes au RPC de base de 4,0 milliards de dollars. Le compte de base du RPC a réalisé un rendement net de 1,1 pour cent pour le trimestre. Le compte supplémentaire du RPC a clôturé le premier trimestre de l’exercice 2020, le 30 juin 2019, avec un actif net de 0,9 milliard de dollars, comparativement à 0,4 milliard de dollars à la fin de l’exercice 2019. Cette augmentation de 0,5 milliard de dollars de l’actif est attribuable à un bénéfice net de 0,01 milliard de dollars et à des cotisations nettes au RPC supplémentaire de 0,5 milliard de dollars. Le compte supplémentaire du RPC a réalisé un rendement net de 1,5 pour cent pour le trimestre. Viabilité à long terme Tous les trois ans, le Bureau de l’actuaire en chef du Canada effectue un examen indépendant de la viabilité du RPC pour les 75 prochaines années. Dans le plus récent rapport triennal, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre 2015, le RPC de base demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce rapport actuariel. Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le taux de rendement annuel moyen des placements du RPC de base, déduction faite des coûts de placement et des charges d’exploitation de l’Office, sera de 3,9 pour cent supérieur au taux d’inflation des prix à la consommation au Canada au cours des 75 années suivant l’année 2015. En ce qui a trait au RPC supplémentaire, ces prévisions reposent sur l’hypothèse correspondante selon laquelle le taux de rendement réel annuel moyen des placements du RPC supplémentaire sera de 3,55 pour cent.

La caisse, qui comprend le compte de base du RPC et le compte supplémentaire du RPC, a réalisé des rendements réels nets annualisés sur 10 et sur cinq exercices de 8,6 pour cent et de 8,8 pour cent, respectivement.

Asset mix table FR Faits saillants de l’exploitation :
  • En juin 2019, nous avons ouvert un bureau à San Francisco afin de faciliter l’accès à des occasions de placement et d’approfondir nos relations au sein de l’écosystème technologique. Des professionnels de divers services de placement comme Actions de sociétés fermées et Actions à gestion active seront installés à cet emplacement. Il s’agit du neuvième bureau de l’Office à l’échelle mondiale, et de notre deuxième bureau aux États-Unis avec celui de New York, qui a été ouvert en 2014.
  • Nous avons renforcé notre cadre intégré de gestion des risques amélioré adopté au cours de l’exercice 2019 afin de mettre en œuvre un ensemble supplémentaire de limites relatives au risque portant sur les risques financiers et non financiers. Le cadre intégré de gestion des risques et les nouvelles limites relatives au risque connexes permettent de dresser un portrait plus exhaustif des divers aspects des risques que nous gérons et d’en améliorer la gouvernance. Les nouvelles limites relatives au risque ne changent pas de manière significative le niveau de risque auquel la caisse est exposée.

Faits saillants des activités de placement du premier trimestre :

Actions de sociétés fermées

  • Dans le cadre d’un consortium, établissement des modalités d’une offre recommandée visant l’acquisition de Merlin Entertainments plc en contrepartie d’un montant en trésorerie de 455 pence par action pour la totalité du capital social émis et à émettre de Merlin, à l’exception des actions déjà détenues par KIRKBI, un membre du consortium. Merlin est un chef de file mondial du secteur du divertissement familial.
  • Conclusion d’une transaction visant à investir un montant additionnel de 95 millions de livres sterling dans Visma, l’un des principaux fournisseurs de logiciels et de services de gestion d’entreprise des pays nordiques et du Benelux, ce qui porte l’investissement total et la participation de l’Office dans la société à 200 millions de livres sterling et 4,7 pour cent, respectivement.
Actifs réels
  • Mise sur pied de Maple Power, une coentreprise détenue en parts égales avec Enbridge, en vue d’investir dans des projets éoliens à diverses étapes de développement au large des côtes européennes, à la suite d’une transaction initiale visant l’acquisition d’actifs liés à l’énergie renouvelable auprès d’Enbridge en 2018.
  • Signature d’un protocole d’entente avec Piramal Enterprises visant à coparrainer une fiducie de placement en infrastructures du secteur des énergies renouvelables qui fera l’acquisition d’actifs d’exploitation liés aux énergies renouvelables en Inde. Nous détiendrons une participation majoritaire dans la fiducie et prévoyons effectuer un investissement cible initial d’environ 300 millions de dollars. Piramal et d’autres investisseurs à long terme détiendront les participations restantes.

Placements en instruments de crédit

  • Acquisition d’une partie des droits de redevance de LifeArc sur les ventes mondiales de Keytruda® (pembrolizumab) pour un montant d’environ 1,3 milliard de dollars américains. Le Keytruda est un traitement anti-PD-1 développé et commercialisé par Merck (connu sous le nom de MSD à l’extérieur des États-Unis et du Canada).

Actions à gestion active

  • Investissement d’un montant de 200 millions de dollars dans Premium Brands Holdings, pour une participation d’environ 7,1 pour cent dans la société. Premium Brands est l’un des principaux producteurs, négociants et distributeurs de produits alimentaires de spécialité au Canada et aux États-Unis.

Cession d’actifs

  • Acceptation de vendre Acelity Inc. pour un montant total d’environ 6,725 milliards de dollars américains, dans le cadre de notre consortium formé avec Apax Partners et l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public. Acelity est un chef de file dans le domaine des produits liés à la thérapie par pression négative, des pansements sophistiqués pour les plaies et des pansements chirurgicaux spécialisés.
  • Acceptation de voter en faveur de l’acquisition, par Waste Management, d’Advanced Disposal Services, dans laquelle nous détenons une participation de 19 pour cent. La transaction est assujettie aux conditions de clôture habituelles, et le produit net devrait se chiffrer à 549 millions de dollars américains. Advanced Disposal fournit des services de collecte, d’élimination et de recyclage de déchets aux États-Unis.

Voici les faits saillants des transactions réalisées après la fin du trimestre :

  • Dans le cadre d’un consortium, annonce de notre entente visant la fusion de la société Refinitiv, l’un des premiers fournisseurs mondiaux de données et d’infrastructure des marchés financiers, avec London Stock Exchange Group plc dans le cadre d’une transaction visant la totalité des actions, pour une valeur totale de l’entreprise d’environ 27 milliards de dollars américains.
  • En partenariat avec le Fonds EQT VIII, conclusion d’une entente visant l’acquisition d’une participation dans Waystar, un fournisseur de premier plan de solutions logicielles infonuagiques de gestion du cycle de revenus. L’entreprise est évaluée à 2,7 milliards de dollars américains. Le vendeur, Bain Capital, conservera une participation minoritaire dans la société.
  • Engagement à investir un montant de 136 millions de dollars australiens, dans le cadre du partenariat avec Dexus Office Trust Australia (DOTA), en vue d’acquérir des immeubles de bureaux à Sydney, en Australie, notamment l’immeuble situé au 3 Spring Street et une partie de l’immeuble situé au 58 Pitt Street.
  • Conclusion de la vente de notre participation de 40 pour cent dans Solveig Gas HoldCo A/S, une société qui détenait une participation de 25,6 pour cent dans Gassled, un réseau de transport de gaz naturel en Norvège.
  • Annonce de notre intention de vendre à Unite Group plc la société de résidences étudiantes entièrement détenue Liberty Living, pour un produit en trésorerie d’environ 1,3 milliard de dollars. L’Office conservera une participation de 20 pour cent dans le groupe.
  • IndInfravit Trust, dans laquelle l’Office est l’un des premiers investisseurs, s’est engagée à acquérir auprès de Sadbhav Infrastructure Project Ltd. la totalité de sa participation dans neuf projets routiers en exploitation en Inde. Selon le prix de l’opération, l’ensemble du portefeuille aurait une valeur d’entreprise d’environ 66 100 millions de roupies indiennes. IndInfravit Trust est une fiducie de placement en infrastructures située en Inde.
À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel qui investit, dans l’intérêt de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier les portefeuille d’actifs, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à San Francisco, à São Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 30 juin 2019, la caisse du RPC totalisait 400,6 milliards de dollars. Pour obtenir plus de renseignements sur l’Office, veuillez visiter le site www.cppib.com/fr ou nous suivre sur LinkedIn, Facebook ou Twitter. Mise en garde Le présent communiqué contient de l’« information prospective » au sens des lois canadiennes sur les valeurs mobilières et des « déclarations prospectives » au sens de la Private Securities Litigation Reform Act of 1995 des États-Unis et d’autres dispositions refuge de lois américaines applicables. Toutes ces déclarations prospectives sont formulées et présentées conformément aux dispositions refuge des lois américaines applicables en matière de valeurs mobilières. L’information et les déclarations prospectives comprennent toute l’information et toutes les déclarations au sujet des intentions, des plans, des attentes, des croyances, des objectifs, de la performance future et de la stratégie de l’Office, ainsi que toute autre information ou déclaration à l’égard de circonstances ou d’événements futurs qui ne se rapportent ni directement, ni exclusivement à des faits passés. L’information et les déclarations prospectives se caractérisent souvent, mais pas toujours, par l’emploi de termes comme « tendance », « éventuel », « possibilité », « croire », « prévoir », « s’attendre à », « actuel », « avoir l’intention de », « estimer », « position », « supposer », « perspectives », « continuer », « demeurer », « maintenir », « soutenir », « viser », « atteindre », ainsi que par l’emploi de la forme future ou conditionnelle des verbes tels que « être », « devoir » ou « pouvoir » et d’expressions similaires. L’information et les déclarations prospectives ne représentent pas des faits passés, mais plutôt les prévisions actuelles de l’Office à l’égard des résultats et des événements futurs. Cette information et ces déclarations prospectives sont assujetties à un certain nombre de risques et d’incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats ou événements réels diffèrent considérablement des attentes actuelles, notamment en ce qui a trait au revenu de placement disponible, aux acquisitions prévues, aux approbations réglementaires et autres et aux conditions de placement en général. Bien que l’Office soit d’avis que les hypothèses qui les sous-tendent sont raisonnables, cette information et ces déclarations prospectives ne constituent pas une garantie de la performance future et, par conséquent, les lecteurs sont priés de ne pas se fier indûment à ces déclarations en raison de leur nature incertaine. L’Office ne s’engage pas à mettre à jour publiquement ces déclarations à la lumière de nouvelles informations, par suite d’événements futurs, de changements de circonstances ou pour toute autre raison. L’information présentée sur le site Web et les comptes LinkedIn, Facebook et Twitter de l’Office ne fait pas partie intégrante de ce communiqué.  

Contenu de l'article

Darryl Konynenbelt
Directeur, Relations mondiales avec les médias
T : 1 416 972 8389
dkonynenbelt@cppib.com