Réalisation
d’un rendement net de 11,8 pour cent et augmentation de 37,8 milliards de
dollars de l’actif

Tous les montants sont en dollars canadiens, sauf indication contraire. 

TORONTO
(ONTARIO) (le 18 mai 2017) 
: La caisse du RPC a
clôturé son exercice le 31 mars 2017 avec un actif net de 316,7 milliards
de dollars, comparativement à 278,9 milliards de dollars à la fin de l’exercice
2016.
Cette
augmentation de 37,8 milliards de dollars de l’actif au cours de l’exercice
est attribuable à un bénéfice net de 33,5 milliards de dollars, déduction
faite de tous les coûts engagés par l’Office, et à des cotisations nettes au
Régime de pensions du Canada (le RPC) de 4,3 milliards de dollars. Le
portefeuille a produit un rendement de placement brut de 12,2 pour cent pour l’exercice
2017, soit 11,8 pour cent, déduction faite de tous les coûts.

« La
caisse du RPC a enregistré un solide rendement au cours de l’exercice, l’actif
ayant connu l’une de ses plus fortes augmentations annuelles depuis la création
de l’Office, déclare Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office
d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office). Nous continuons à
mettre l’accent sur le rendement à long terme, comme nous l’avons toujours fait.
Les résultats varient d’un exercice à l’autre, mais il convient de noter que
notre rendement sur cinq exercices, qui s’établit également à 11,8 pour cent,
reflète notre rendement annuel. À notre avis, ce rendement est un bon
indicateur de notre capacité à générer des rendements stables et durables pour
les générations de bénéficiaires à venir. »

Au
cours de l’exercice 2017, l’Office a poursuivi la mise en œuvre prudente de sa
stratégie de placement à long terme afin de répartir l’actif de la caisse du
RPC entre
diverses
catégories d’actifs et régions géographiques. Par l’intermédiaire
de quatre services de placement, l’organisme a conclu 182 opérations à l’échelle
mondiale.

« La
composition de notre portefeuille de placement à long terme très diversifié
nous maintient dans une position favorable, ce qui nous a permis de tirer parti
du solide rendement des marchés boursiers mondiaux cette année, en dépit des
événements géopolitiques importants survenus à l’échelle mondiale, ajoute M.
Machin. Nos programmes de placement diversifiés ont dégagé un solide bénéfice, alors
que nos programmes de placement en titres à revenu fixe ont affiché des
rendements relativement stables. »

Durant
la période de 10 exercices qui comprend l’exercice 2017, l’Office a versé un
bénéfice net cumulatif de 146,1 milliards de dollars à la caisse, déduction
faite de tous les coûts qu’il a engagés.
Depuis sa
création en 1999, l’Office a versé 194,1 milliards de dollars.
Au
cours de la période de cinq exercices, le rendement nominal net s’est
établi à 11,8 pour cent, ce qui a permis de verser un bénéfice net cumulatif de
129,6 milliards de dollars à la caisse, déduction faite de tous les coûts
engagés par l’Office
.

Rendements sur cinq et 10 exercices1, 2
(pour l’exercice clos le 31 mars 2017)

YE Investment Rate of Return Mar2017_fr
« Nous bâtissons un portefeuille qui nous permettra de
réaliser un rendement supérieur pendant plusieurs générations, afin d’assurer
la viabilité à long terme du RPC, ajoute M. Machin. Nous demeurons rigoureux à
ce chapitre, et n’investissons que dans des actifs qui, à notre avis,
produiront collectivement d’excellents rendements ajustés en fonction des
risques au fil du temps. Notre portefeuille est conçu pour résister à
l’incertitude à court terme sur le marché. »

Viabilité à long terme

Le taux de rendement nominal net annualisé sur 10 exercices
de 6,7 pour cent, qui correspond à un rendement réel net de 5,1 pour cent,
enregistré par l’Office est supérieur à l’hypothèse prévue par l’actuaire en
chef pour cette même période. Le taux de rendement réel est présenté déduction
faite de tous les coûts engagés par l’Office, conformément à l’approche utilisée
par l’actuaire en chef.

Dans le plus récent rapport triennal publié en septembre
2016, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre
2015, le RPC demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour
cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce rapport.
Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le
taux de rendement réel hypothétique de la caisse, qui tient compte de
l’incidence de l’inflation, atteindra en moyenne 3,9 pour cent au cours des 75
prochaines années.

Ce rapport de l’actuaire en chef révèle également que le
montant des cotisations au RPC devrait excéder celui des prestations annuelles
à verser jusqu’en 2021. Par la suite, une petite partie du revenu de placement
de l’Office devra servir au versement des prestations. Le rapport confirme en
outre que le rendement de la caisse a largement surpassé les attentes au cours
de la période de 2013 à 2015, le revenu de placement ayant dépassé les
prévisions de 248 pour cent, soit 70 milliards de dollars.

La capitalisation et les obligations multigénérationnelles
du RPC nécessitent un horizon de placement exceptionnellement long. Pour
atteindre ses objectifs de placement à long terme, l’Office poursuit la
constitution d’un portefeuille qui permettra de générer et d’optimiser les
rendements à long terme en fonction d’un niveau de risque raisonnable. Par
conséquent, le rendement à long terme des placements est une mesure plus
appropriée de la performance de l’Office que les rendements générés pour un
trimestre donné ou un seul exercice.

Rendement par rapport à celui du portefeuille de référence

L’Office évalue également son rendement par rapport à un
indice de référence du marché, soit le portefeuille de référence, qui constitue
un portefeuille à gestion passive composé d’indices des marchés publics
reflétant le niveau de risque total à long terme que nous estimons approprié
pour la caisse.

Afin de donner un meilleur aperçu du rendement de l’Office
compte tenu de notre horizon de placement à long terme, nous suivons les
rendements à valeur ajoutée accumulés depuis le 1er avril 2006, soit depuis la
création du portefeuille de référence. La valeur ajoutée cumulative pour les 11
derniers exercices totalise 8,9 milliards de dollars, déduction faite de tous les
coûts engagés par l’Office.

Au cours de l’exercice 2017, le rendement de 14,9 pour cent
du portefeuille de référence a dépassé de 3,1 pour cent le rendement net du
portefeuille de placement, qui s’est établi à 11,8 pour cent. Le rendement du
portefeuille de référence a été supérieur de 8,2 milliards de dollars à celui
du portefeuille de placement, déduction faite de tous les coûts liés au
portefeuille de placement et aux activités de l’Office. Au cours des périodes
de cinq et de 10 exercices, les rendements du portefeuille de placement ont été
supérieurs de 5,6 milliards de dollars et de 6,7 milliards de dollars, respectivement,
à ceux du portefeuille de référence, déduction faite de tous les coûts engagés
par l’Office.

« Lorsque les marchés publics connaissent de fortes hausses,
comme ce fut généralement le cas cette année, nous nous attendons à ce que le
portefeuille de référence composé d’actions de sociétés ouvertes réalise un
rendement exceptionnel, déclare M. Machin. Le portefeuille de placement a
enregistré des rendements supérieurs à ceux du portefeuille de référence au
cours des dernières périodes de cinq et de 10 exercices. Compte tenu de notre
décision de constituer un portefeuille raisonnablement diversifié ne comportant
pas uniquement des actions de sociétés ouvertes et des obligations, nous
prévoyons certaines variations du rendement par rapport à cet indice de
référence, qu’elles soient favorables ou non, au cours d’un exercice donné.
Notre portefeuille de placement est conçu pour favoriser la croissance de la
valeur, résister aux périodes de perturbations économiques et ajouter de la
valeur à long terme. »

Total des coûts

Le ratio des charges d’exploitation a diminué pour un
deuxième exercice consécutif au cours de l’exercice considéré, et la croissance
des charges d’exploitation de l’Office a ralenti. Nous nous engageons à assurer
une gestion rigoureuse des coûts au cours des exercices à venir. Environ 32
pour cent de nos charges de personnel sont libellées en monnaies étrangères, et
ce pourcentage devrait augmenter au cours des prochaines années à mesure que
nous continuons d’embaucher des employés spécialisés et compétents sur les
marchés où nous exerçons la plupart de nos activités de placement.

Afin de générer le bénéfice net d’exploitation de 33,5
milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, l’Office a engagé des
coûts totaux de 2 834 millions de dollars au cours de l’exercice 2017,
comparativement à des coûts totaux de 2 643 millions de dollars au cours de
l’exercice précédent. Les coûts totaux de l’Office pour l’exercice 2017 se
composent de charges d’exploitation de 923 millions de dollars, ou 31,3 points
de base; de frais de gestion de 987 millions de dollars et de commissions de
performance de 477 millions de dollars versés à des gestionnaires externes; et
de coûts de transaction de 447 millions de dollars. L’Office présente ses charges
en fonction de ces catégories de coûts, puisque chacune d’elles est très
différente sur le plan de l’objectif, de la substance et de la variabilité.
Nous présentons les frais de gestion des placements et les coûts de transaction
que nous engageons par catégorie d’actifs, et nous présentons le revenu de
placement net généré par nos programmes de placement après déduction de ces
frais et de ces coûts. Ensuite, nous présentons la performance globale de la
caisse, déduction faite de ces frais, de ces coûts et des charges d’exploitation
totales de l’Office.

L’augmentation des frais de gestion des placements est en
partie attribuable à la croissance continue des engagements pris envers des
gestionnaires externes et du niveau moyen d’actifs qui leur sont confiés, ainsi
qu’à la hausse des commissions de performance versées d’un exercice à l’autre.
Ces commissions reflètent bien la solide performance des gestionnaires
externes.

Les coûts de transaction ont affiché une légère hausse de 10
millions de dollars par rapport à l’exercice précédent. Au cours de l’exercice
considéré, nous avons effectué 19 opérations internationales évaluées à plus de
500 millions de dollars, en plus d’autres opérations évaluées au sein des
divers groupes de placement. Les coûts de transaction varient d’un exercice à
l’autre, puisqu’ils sont directement liés au nombre, à la taille et à la
complexité de nos activités de placement au cours d’une période donnée.

Rendement du portefeuille par catégorie d’actifs

Le tableau ci-dessous présente le rendement du portefeuille
par catégorie d’actifs. Une ventilation plus détaillée du rendement par service
de placement est présentée dans le rapport annuel de l’Office pour l’exercice
2017, qui est disponible à l’adresse suivante : www.cppib.com/fr.

YE Portfolio Returns Mar2017_fr
Composition de l’actif

Au cours de l’exercice 2017, nous avons continué
de diversifier le portefeuille selon les caractéristiques de risque/rendement
des divers actifs et des différentes régions géographiques. Les actifs
canadiens représentaient 16,5 pour cent du portefeuille et totalisaient 52,2
milliards de dollars. Les actifs à l’étranger représentaient 83,5 pour cent du
portefeuille et totalisaient 264,7 milliards de dollars.

YE Asset Mix Mar2017_fr
Faits saillants des activités de placement

Voici certains faits saillants de l’exercice :

Placements sur les marchés publics

  • Placement supplémentaire de 400 millions de dollars
    canadiens pour l’acquisition d’une participation de 1,4 pour cent dans Kotak
    Mahindra Bank (Kotak). Kotak est une société de portefeuille bancaire de
    premier plan du secteur privé en Inde qui exerce également des activités dans
    les secteurs de l’assurance-vie, du courtage et de la gestion d’actifs. À ce
    jour, l’Office a investi un total de 1,2 milliard de dollars canadiens, ce qui
    correspond à une participation de 6,3 pour cent dans la société.
  • Placement de 280 millions de dollars américains dans des
    actions privilégiées convertibles de la société mère d’Advanced Disposal Services,
    Inc. (Advanced Disposal), lesquelles ont été converties en un pourcentage
    approximatif de 20 pour cent des actions ordinaires d’Advanced Disposal dans le
    cadre de son premier appel public à l’épargne. Établie à Ponte Vedra, en
    Floride, Advanced Disposal est la quatrième société en importance du secteur
    des déchets solides aux États-Unis et exerce ses activités dans 16 États
    américains et aux Bahamas.
  • Placement de 300 millions de dollars australiens pour
    l’acquisition d’une participation de 9,9 pour cent dans Qube Holdings Limited
    (Qube), le premier fournisseur de services de logistique intégrés du secteur de
    l’importation et de l’exportation en Australie. Le placement a contribué au
    financement de la quote-part de Qube de l’achat d’Asciano Limited, qui a été
    acquise par un consortium d’investisseurs internationaux, dont l’Office.

Partenariats de placement

  • Placement de 137 millions de dollars américains pour
    l’acquisition d’une participation de 18 pour cent dans Daesung Industrial Gases
    Co., Ltd. (Daesung), en partenariat avec MBK Partners. Daesung a son siège
    social à Séoul et est un grand producteur de gaz industriel en Corée du Sud qui
    fournit des services à une clientèle de prestige diversifiée. Cette société a
    un modèle économique solide, soutenu par des contrats à long terme.
  • Acquisition d’une participation directe de 3,3 pour cent
    dans Bharti Infratel Limited pour un montant de 300 millions de dollars
    américains, dans le cadre de l’achat d’une participation de 10,3 pour cent en
    partenariat avec des fonds conseillés par KKR, auprès de la société indienne
    Bharti Airtel Limited. Bharti Infratel installe, possède et gère des tours de
    télécommunications et des structures de communication pour différentes
    entreprises de télécommunications mobiles et est le chef de file de ce secteur
    en Inde.
  • Annonce d’un placement conjoint de 500 millions de dollars
    américains avec TPG Capital pour l’acquisition d’une participation de 17 pour
    cent dans MISA Investments Limited, la société mère de Viking Cruises. TPG
    Capital et l’Office ont chacun investi 250 millions de dollars américains pour
    appuyer et accélérer les initiatives de croissance de Viking Cruises et pour
    renforcer son bilan. Viking Cruises est une société mondiale de croisières
    fluviales et maritimes de premier plan qui exploite plus de 60 navires de
    croisière dans 44 pays.

Placements privés

  • Acquisition d’une participation d’environ 48 pour cent dans
    GlobalLogic Inc., un chef de file mondial du développement de produits
    numériques, auprès de fonds conseillés par Apax Partners LLP. Établie à San
    Jose, en Californie, GlobalLogic aide ses clients à concevoir des produits
    numériques innovants destinés à fidéliser davantage leur clientèle ainsi qu’à
    améliorer leur capacité de service et l’expérience de leurs utilisateurs.
  • Acquisition de la totalité d’Ascot Underwriting Holdings
    Ltd. et de certaines entités liées (Ascot), conjointement avec la direction
    d’Ascot, pour une contrepartie totale de 1,1 milliard de dollars américains.
    Établie à Londres, en Angleterre, Ascot est un syndicat de la Lloyd’s of London
    et un souscripteur mondial en assurance spécialisée dont l’expertise touche de
    nombreux secteurs, notamment l’immobilier, l’énergie, les marchandises, les risques
    divers et la réassurance.
  • Apport en capital additionnel dans Teine Energy Ltd. (Teine)
    afin de soutenir l’acquisition par Teine des actifs pétroliers de Penn West
    Petroleum Ltd. dans le sud-ouest de la Saskatchewan, pour une contrepartie en
    trésorerie de 975 millions de dollars canadiens. Depuis 2010, l’Office a
    investi environ 1,3 milliard de dollars canadiens dans Teine et détient environ
    90 pour cent de la société, après dilution.

Placements en actifs réels

  • Acquisition de trois portefeuilles de logements pour
    étudiants aux États-Unis pour un montant d’environ 1,6 milliard de dollars
    américains par l’intermédiaire d’une coentreprise détenue par l’Office, GIC et
    The Scion Group LLC (Scion). L’Office et GIC détiennent chacun une
    participation de 45 pour cent dans ces portefeuilles et Scion détient la
    participation restante de 10 pour cent. Le portefeuille national très
    diversifié de 2,9 milliards de dollars américains de la coentreprise comprend
    maintenant 48 communautés de logements pour étudiants dans 36 marchés
    universitaires de premier ordre, ce qui totalise 32 192 lits.
  • Conclusion de deux ententes en vue d’investir en partenariat
    avec Ivanhoé Cambridge et LOGOS, un spécialiste de la logistique immobilière
    situé en Australie, dans l’aménagement et l’acquisition d’installations
    logistiques modernes à Singapour et en Indonésie. À Singapour, l’Office
    s’engagera à investir un montant initial de 200 millions de dollars de
    Singapour pour une participation d’environ 48 pour cent dans LOGOS Singapore
    Logistics Venture. L’Office s’engagera également à verser un apport en capital
    initial de 100 millions de dollars américains pour une participation d’environ
    48 pour cent dans LOGOS Indonesia Logistics Venture.
  • Acquisition d’une participation de 50 pour cent dans un
    portefeuille d’immeubles de bureaux de premier ordre aux centres-villes de
    Toronto et de Calgary, au prix d’achat brut de 1,175 milliard de dollars
    canadiens, auprès d’Oxford Properties Group, qui conservera la participation
    restante de 50 pour cent. Le portefeuille compte sept immeubles de bureaux
    totalisant 4,2 millions de pieds carrés et un vaste éventail de locataires. La
    transaction porte la taille totale du portefeuille d’immeubles de bureaux détenu
    conjointement par Oxford et l’Office à plus de 12 millions de pieds carrés.
  • Acquisition d’une participation de 33 pour cent dans Pacific
    National pour un montant d’environ 1,7 milliard de dollars australiens, dans le
    cadre du consortium ayant fait l’acquisition d’Asciano Limited. Pacific
    National est l’un des principaux fournisseurs de services de transport
    ferroviaire de marchandises en Australie.

Voici les faits saillants de nos activités de placement
après la fin de l’exercice :

  • Signature d’une entente avec Baring Private Equity Asia
    visant la privatisation de Nord Anglia Education, Inc. (Nord Anglia) au moyen
    de l’acquisition de la totalité de ses actions en circulation, pour un montant
    de 4,3 milliards de dollars américains, y compris le remboursement de la dette.
    Nord Anglia exploite 43 écoles privées de premier plan dans 15 pays, notamment
    en Chine et ailleurs en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord et en Asie
    du Sud-Est. Cette opération est assujettie à l’approbation des actionnaires et
    aux conditions de clôture habituelles.
  • Signature d’une entente définitive afin de faire
    l’acquisition d’Ascend Learning LLC (Ascend), un important fournisseur de
    contenu éducatif et de solutions logicielles et analytiques destinées à la
    formation, en partenariat avec des fonds d’actions de sociétés fermées gérés
    par Blackstone et la direction d’Ascend. Cette opération est assujettie aux
    approbations réglementaires et aux conditions de clôture habituelles.
  • Création d’une plateforme d’investissement stratégique avec
    The Phoenix Mills Limited (PML) afin d’aménager, de détenir et d’exploiter des
    immeubles à usage mixte axés sur le commerce de détail en Inde. L’Office
    détiendra initialement 30 pour cent de la plateforme, connue sous le nom
    d’Island Star Mall Developers Pvt. Ltd., une filiale de PML qui détient Phoenix
    MarketCity Bangalore, pour un placement en titres de capitaux propres d’environ
    149 millions de dollars canadiens. L’engagement total de l’Office en ce qui
    concerne la plateforme s’élèvera à environ 330 millions de dollars canadiens,
    ce qui augmentera la participation de l’Office dans la plateforme à 49 pour
    cent.

Cession d’actifs

  • Signature d’une entente en vue de vendre la participation de
    25 pour cent de l’Office dans AWAS, un bailleur d’aéronefs de Dublin, à Dubai
    Aerospace Enterprise. La vente a été effectuée en partenariat avec Terra Firma.
    L’Office investissait dans AWAS depuis 2006.
  • Vente de la participation de 45 pour cent de l’Office dans
    le 1221 Avenue of the Americas, un immeuble de bureaux de Midtown Manhattan. Le
    produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 950 millions de
    dollars américains. L’Office a acquis cette participation en 2010.
  • Une société affiliée de Placements dans les instruments de
    crédit de l’Office d’investissement du RPC Inc. a vendu une participation de 16
    pour cent dans Antares Holdings (Antares) à un fonds de placement privé géré
    par Northleaf Capital Partners (Northleaf). Northleaf et Antares forment une
    relation stratégique élargie, qui portera notamment sur le développement de
    comptes à gestion distincte et d’autres solutions de placement à l’intention
    des gestionnaires d’actifs, des investisseurs institutionnels et des
    particuliers canadiens.

Faits saillants de l’Office

    • Nomination
      de trois nouveaux membres du conseil d’administration de l’Office pour des
      mandats de trois ans 
      :

    o   Jackson Tai, nommé en juin 2016, est notre premier administrateur non résident. Il a également siégé au conseil de diverses sociétés ouvertes, notamment HSBC Holdings PLC, Eli Lilly & Company et MasterCard Incorporated

    o   Ashleigh Everett, nommé en février 2017, est présidente, secrétaire générale et administratrice de Royal Canadian Securities Limited. Elle a siégé au conseil de nombreuses sociétés ouvertes.

    o   John Montalbano, nommé en février 2017, qui siége également au conseil de plusieurs sociétés, dont Canalyst Financial Modeling Corporation, Wize Monkey Inc. et Eupraxia Pharmaceuticals Inc.

    • Signature d’un protocole d’entente avec la Commission
      nationale de développement et de réforme de la République populaire de Chine
      afin d’offrir l’expertise de l’Office aux décideurs chinois qui doivent
      composer avec les difficultés liées au vieillissement de la population de la
      Chine, ce qui comprend la réforme des régimes de retraite et la promotion de
      l’investissement dans le secteur des soins aux aînés en Chine auprès des
      investisseurs mondiaux. Dans le cadre de cette entente, l’Office a lancé
      l’édition chinoise de Fixing the Future: How Canada’s Usually Fractious
      Governments Worked Together to Rescue the Canada Pension Plan

    • CPPIB Capital Inc. (CPPIB Capital), une filiale
      en propriété exclusive de l’Office, a procédé à deux émissions de titres
      d’emprunt à l’échelle mondiale consistant en des billets à terme de trois ans
      totalisant deux milliards de dollars américains et en des billets à terme de
      cinq ans totalisant deux milliards de dollars américains. L’émission d’un
      montant prudent de titres d’emprunt à court et à moyen terme est l’un des
      moyens auxquels l’Office a recours pour gérer ses opérations de placement.
      L’émission de titres d’emprunt procure à l’Office la souplesse dont il a besoin
      pour financer des placements qui ne correspondent pas nécessairement au cycle
      des cotisations. L’Office utilisera le produit net de ce placement privé à des
      fins générales.

    À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions
    du Canada

    L’Office d’investissement du régime de pensions
    du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel
    qui investit, pour le compte de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires,
    les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour
    verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le
    portefeuille du RPC, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes,
    des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et
    des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des
    bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São
    Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du
    Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les
    gouvernements. Au 31 mars 2017, la caisse du RPC totalisait 316,7 milliards de
    dollars. Pour obtenir plus de renseignements à propos de l’Office, veuillez
    visiter le site Web, au www.cppib.com/fr, ou nous suivre sur LinkedIn ou
    Twitter.

    Réalisation d’un rendement net de 11,8 pour cent et augmentation de 37,8 milliards de dollars de l’actif

    Tous les montants sont en dollars canadiens, sauf indication contraire. 

    TORONTO (ONTARIO) (le 18 mai 2017) : La caisse du RPC a clôturé son exercice le 31 mars 2017 avec un actif net de 316,7 milliards de dollars, comparativement à 278,9 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2016. Cette augmentation de 37,8 milliards de dollars de l’actif au cours de l’exercice est attribuable à un bénéfice net de 33,5 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, et à des cotisations nettes au Régime de pensions du Canada (le RPC) de 4,3 milliards de dollars. Le portefeuille a produit un rendement de placement brut de 12,2 pour cent pour l’exercice 2017, soit 11,8 pour cent, déduction faite de tous les coûts.

    « La caisse du RPC a enregistré un solide rendement au cours de l’exercice, l’actif ayant connu l’une de ses plus fortes augmentations annuelles depuis la création de l’Office, déclare Mark Machin, président et chef de la direction de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office). Nous continuons à mettre l’accent sur le rendement à long terme, comme nous l’avons toujours fait. Les résultats varient d’un exercice à l’autre, mais il convient de noter que notre rendement sur cinq exercices, qui s’établit également à 11,8 pour cent, reflète notre rendement annuel. À notre avis, ce rendement est un bon indicateur de notre capacité à générer des rendements stables et durables pour les générations de bénéficiaires à venir. »

    Au cours de l’exercice 2017, l’Office a poursuivi la mise en œuvre prudente de sa stratégie de placement à long terme afin de répartir l’actif de la caisse du RPC entre diverses catégories d’actifs et régions géographiques. Par l’intermédiaire de quatre services de placement, l’organisme a conclu 182 opérations à l’échelle mondiale.

    « La composition de notre portefeuille de placement à long terme très diversifié nous maintient dans une position favorable, ce qui nous a permis de tirer parti du solide rendement des marchés boursiers mondiaux cette année, en dépit des événements géopolitiques importants survenus à l’échelle mondiale, ajoute M. Machin. Nos programmes de placement diversifiés ont dégagé un solide bénéfice, alors que nos programmes de placement en titres à revenu fixe ont affiché des rendements relativement stables. »

    Durant la période de 10 exercices qui comprend l’exercice 2017, l’Office a versé un bénéfice net cumulatif de 146,1 milliards de dollars à la caisse, déduction faite de tous les coûts qu’il a engagés. Depuis sa création en 1999, l’Office a versé 194,1 milliards de dollars. Au cours de la période de cinq exercices, le rendement nominal net s’est établi à 11,8 pour cent, ce qui a permis de verser un bénéfice net cumulatif de 129,6 milliards de dollars à la caisse, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

    Rendements sur cinq et 10 exercices1, 2
    (pour l’exercice clos le 31 mars 2017)

    YE Investment Rate of Return Mar2017_fr
    « Nous bâtissons un portefeuille qui nous permettra de réaliser un rendement supérieur pendant plusieurs générations, afin d’assurer la viabilité à long terme du RPC, ajoute M. Machin. Nous demeurons rigoureux à ce chapitre, et n’investissons que dans des actifs qui, à notre avis, produiront collectivement d’excellents rendements ajustés en fonction des risques au fil du temps. Notre portefeuille est conçu pour résister à l’incertitude à court terme sur le marché. »

    Viabilité à long terme

    Le taux de rendement nominal net annualisé sur 10 exercices de 6,7 pour cent, qui correspond à un rendement réel net de 5,1 pour cent, enregistré par l’Office est supérieur à l’hypothèse prévue par l’actuaire en chef pour cette même période. Le taux de rendement réel est présenté déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office, conformément à l’approche utilisée par l’actuaire en chef.

    Dans le plus récent rapport triennal publié en septembre 2016, l’actuaire en chef du Canada a de nouveau confirmé qu’au 31 décembre 2015, le RPC demeure viable, selon son taux de cotisation actuel de 9,9 pour cent, tout au long de la période prospective de 75 ans visée dans ce rapport. Les prévisions de l’actuaire en chef reposent sur l’hypothèse selon laquelle le taux de rendement réel hypothétique de la caisse, qui tient compte de l’incidence de l’inflation, atteindra en moyenne 3,9 pour cent au cours des 75 prochaines années.

    Ce rapport de l’actuaire en chef révèle également que le montant des cotisations au RPC devrait excéder celui des prestations annuelles à verser jusqu’en 2021. Par la suite, une petite partie du revenu de placement de l’Office devra servir au versement des prestations. Le rapport confirme en outre que le rendement de la caisse a largement surpassé les attentes au cours de la période de 2013 à 2015, le revenu de placement ayant dépassé les prévisions de 248 pour cent, soit 70 milliards de dollars.

    La capitalisation et les obligations multigénérationnelles du RPC nécessitent un horizon de placement exceptionnellement long. Pour atteindre ses objectifs de placement à long terme, l’Office poursuit la constitution d’un portefeuille qui permettra de générer et d’optimiser les rendements à long terme en fonction d’un niveau de risque raisonnable. Par conséquent, le rendement à long terme des placements est une mesure plus appropriée de la performance de l’Office que les rendements générés pour un trimestre donné ou un seul exercice.

    Rendement par rapport à celui du portefeuille de référence

    L’Office évalue également son rendement par rapport à un indice de référence du marché, soit le portefeuille de référence, qui constitue un portefeuille à gestion passive composé d’indices des marchés publics reflétant le niveau de risque total à long terme que nous estimons approprié pour la caisse.

    Afin de donner un meilleur aperçu du rendement de l’Office compte tenu de notre horizon de placement à long terme, nous suivons les rendements à valeur ajoutée accumulés depuis le 1er avril 2006, soit depuis la création du portefeuille de référence. La valeur ajoutée cumulative pour les 11 derniers exercices totalise 8,9 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

    Au cours de l’exercice 2017, le rendement de 14,9 pour cent du portefeuille de référence a dépassé de 3,1 pour cent le rendement net du portefeuille de placement, qui s’est établi à 11,8 pour cent. Le rendement du portefeuille de référence a été supérieur de 8,2 milliards de dollars à celui du portefeuille de placement, déduction faite de tous les coûts liés au portefeuille de placement et aux activités de l’Office. Au cours des périodes de cinq et de 10 exercices, les rendements du portefeuille de placement ont été supérieurs de 5,6 milliards de dollars et de 6,7 milliards de dollars, respectivement, à ceux du portefeuille de référence, déduction faite de tous les coûts engagés par l’Office.

    « Lorsque les marchés publics connaissent de fortes hausses, comme ce fut généralement le cas cette année, nous nous attendons à ce que le portefeuille de référence composé d’actions de sociétés ouvertes réalise un rendement exceptionnel, déclare M. Machin. Le portefeuille de placement a enregistré des rendements supérieurs à ceux du portefeuille de référence au cours des dernières périodes de cinq et de 10 exercices. Compte tenu de notre décision de constituer un portefeuille raisonnablement diversifié ne comportant pas uniquement des actions de sociétés ouvertes et des obligations, nous prévoyons certaines variations du rendement par rapport à cet indice de référence, qu’elles soient favorables ou non, au cours d’un exercice donné. Notre portefeuille de placement est conçu pour favoriser la croissance de la valeur, résister aux périodes de perturbations économiques et ajouter de la valeur à long terme. »

    Total des coûts

    Le ratio des charges d’exploitation a diminué pour un deuxième exercice consécutif au cours de l’exercice considéré, et la croissance des charges d’exploitation de l’Office a ralenti. Nous nous engageons à assurer une gestion rigoureuse des coûts au cours des exercices à venir. Environ 32 pour cent de nos charges de personnel sont libellées en monnaies étrangères, et ce pourcentage devrait augmenter au cours des prochaines années à mesure que nous continuons d’embaucher des employés spécialisés et compétents sur les marchés où nous exerçons la plupart de nos activités de placement.

    Afin de générer le bénéfice net d’exploitation de 33,5 milliards de dollars, déduction faite de tous les coûts, l’Office a engagé des coûts totaux de 2 834 millions de dollars au cours de l’exercice 2017, comparativement à des coûts totaux de 2 643 millions de dollars au cours de l’exercice précédent. Les coûts totaux de l’Office pour l’exercice 2017 se composent de charges d’exploitation de 923 millions de dollars, ou 31,3 points de base; de frais de gestion de 987 millions de dollars et de commissions de performance de 477 millions de dollars versés à des gestionnaires externes; et de coûts de transaction de 447 millions de dollars. L’Office présente ses charges en fonction de ces catégories de coûts, puisque chacune d’elles est très différente sur le plan de l’objectif, de la substance et de la variabilité. Nous présentons les frais de gestion des placements et les coûts de transaction que nous engageons par catégorie d’actifs, et nous présentons le revenu de placement net généré par nos programmes de placement après déduction de ces frais et de ces coûts. Ensuite, nous présentons la performance globale de la caisse, déduction faite de ces frais, de ces coûts et des charges d’exploitation totales de l’Office.

    L’augmentation des frais de gestion des placements est en partie attribuable à la croissance continue des engagements pris envers des gestionnaires externes et du niveau moyen d’actifs qui leur sont confiés, ainsi qu’à la hausse des commissions de performance versées d’un exercice à l’autre. Ces commissions reflètent bien la solide performance des gestionnaires externes.

    Les coûts de transaction ont affiché une légère hausse de 10 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent. Au cours de l’exercice considéré, nous avons effectué 19 opérations internationales évaluées à plus de 500 millions de dollars, en plus d’autres opérations évaluées au sein des divers groupes de placement. Les coûts de transaction varient d’un exercice à l’autre, puisqu’ils sont directement liés au nombre, à la taille et à la complexité de nos activités de placement au cours d’une période donnée.

    Rendement du portefeuille par catégorie d’actifs

    Le tableau ci-dessous présente le rendement du portefeuille par catégorie d’actifs. Une ventilation plus détaillée du rendement par service de placement est présentée dans le rapport annuel de l’Office pour l’exercice 2017, qui est disponible à l’adresse suivante : www.cppib.com/fr.

    YE Portfolio Returns Mar2017_fr
    Composition de l’actif

    Au cours de l’exercice 2017, nous avons continué de diversifier le portefeuille selon les caractéristiques de risque/rendement des divers actifs et des différentes régions géographiques. Les actifs canadiens représentaient 16,5 pour cent du portefeuille et totalisaient 52,2 milliards de dollars. Les actifs à l’étranger représentaient 83,5 pour cent du portefeuille et totalisaient 264,7 milliards de dollars.

    YE Asset Mix Mar2017_fr
    Faits saillants des activités de placement

    Voici certains faits saillants de l’exercice :

    Placements sur les marchés publics

    • Placement supplémentaire de 400 millions de dollars canadiens pour l’acquisition d’une participation de 1,4 pour cent dans Kotak Mahindra Bank (Kotak). Kotak est une société de portefeuille bancaire de premier plan du secteur privé en Inde qui exerce également des activités dans les secteurs de l’assurance-vie, du courtage et de la gestion d’actifs. À ce jour, l’Office a investi un total de 1,2 milliard de dollars canadiens, ce qui correspond à une participation de 6,3 pour cent dans la société.
    • Placement de 280 millions de dollars américains dans des actions privilégiées convertibles de la société mère d’Advanced Disposal Services, Inc. (Advanced Disposal), lesquelles ont été converties en un pourcentage approximatif de 20 pour cent des actions ordinaires d’Advanced Disposal dans le cadre de son premier appel public à l’épargne. Établie à Ponte Vedra, en Floride, Advanced Disposal est la quatrième société en importance du secteur des déchets solides aux États-Unis et exerce ses activités dans 16 États américains et aux Bahamas.
    • Placement de 300 millions de dollars australiens pour l’acquisition d’une participation de 9,9 pour cent dans Qube Holdings Limited (Qube), le premier fournisseur de services de logistique intégrés du secteur de l’importation et de l’exportation en Australie. Le placement a contribué au financement de la quote-part de Qube de l’achat d’Asciano Limited, qui a été acquise par un consortium d’investisseurs internationaux, dont l’Office.

    Partenariats de placement

    • Placement de 137 millions de dollars américains pour l’acquisition d’une participation de 18 pour cent dans Daesung Industrial Gases Co., Ltd. (Daesung), en partenariat avec MBK Partners. Daesung a son siège social à Séoul et est un grand producteur de gaz industriel en Corée du Sud qui fournit des services à une clientèle de prestige diversifiée. Cette société a un modèle économique solide, soutenu par des contrats à long terme.
    • Acquisition d’une participation directe de 3,3 pour cent dans Bharti Infratel Limited pour un montant de 300 millions de dollars américains, dans le cadre de l’achat d’une participation de 10,3 pour cent en partenariat avec des fonds conseillés par KKR, auprès de la société indienne Bharti Airtel Limited. Bharti Infratel installe, possède et gère des tours de télécommunications et des structures de communication pour différentes entreprises de télécommunications mobiles et est le chef de file de ce secteur en Inde.
    • Annonce d’un placement conjoint de 500 millions de dollars américains avec TPG Capital pour l’acquisition d’une participation de 17 pour cent dans MISA Investments Limited, la société mère de Viking Cruises. TPG Capital et l’Office ont chacun investi 250 millions de dollars américains pour appuyer et accélérer les initiatives de croissance de Viking Cruises et pour renforcer son bilan. Viking Cruises est une société mondiale de croisières fluviales et maritimes de premier plan qui exploite plus de 60 navires de croisière dans 44 pays.

    Placements privés

    • Acquisition d’une participation d’environ 48 pour cent dans GlobalLogic Inc., un chef de file mondial du développement de produits numériques, auprès de fonds conseillés par Apax Partners LLP. Établie à San Jose, en Californie, GlobalLogic aide ses clients à concevoir des produits numériques innovants destinés à fidéliser davantage leur clientèle ainsi qu’à améliorer leur capacité de service et l’expérience de leurs utilisateurs.
    • Acquisition de la totalité d’Ascot Underwriting Holdings Ltd. et de certaines entités liées (Ascot), conjointement avec la direction d’Ascot, pour une contrepartie totale de 1,1 milliard de dollars américains. Établie à Londres, en Angleterre, Ascot est un syndicat de la Lloyd’s of London et un souscripteur mondial en assurance spécialisée dont l’expertise touche de nombreux secteurs, notamment l’immobilier, l’énergie, les marchandises, les risques divers et la réassurance.
    • Apport en capital additionnel dans Teine Energy Ltd. (Teine) afin de soutenir l’acquisition par Teine des actifs pétroliers de Penn West Petroleum Ltd. dans le sud-ouest de la Saskatchewan, pour une contrepartie en trésorerie de 975 millions de dollars canadiens. Depuis 2010, l’Office a investi environ 1,3 milliard de dollars canadiens dans Teine et détient environ 90 pour cent de la société, après dilution.

    Placements en actifs réels

    • Acquisition de trois portefeuilles de logements pour étudiants aux États-Unis pour un montant d’environ 1,6 milliard de dollars américains par l’intermédiaire d’une coentreprise détenue par l’Office, GIC et The Scion Group LLC (Scion). L’Office et GIC détiennent chacun une participation de 45 pour cent dans ces portefeuilles et Scion détient la participation restante de 10 pour cent. Le portefeuille national très diversifié de 2,9 milliards de dollars américains de la coentreprise comprend maintenant 48 communautés de logements pour étudiants dans 36 marchés universitaires de premier ordre, ce qui totalise 32 192 lits.
    • Conclusion de deux ententes en vue d’investir en partenariat avec Ivanhoé Cambridge et LOGOS, un spécialiste de la logistique immobilière situé en Australie, dans l’aménagement et l’acquisition d’installations logistiques modernes à Singapour et en Indonésie. À Singapour, l’Office s’engagera à investir un montant initial de 200 millions de dollars de Singapour pour une participation d’environ 48 pour cent dans LOGOS Singapore Logistics Venture. L’Office s’engagera également à verser un apport en capital initial de 100 millions de dollars américains pour une participation d’environ 48 pour cent dans LOGOS Indonesia Logistics Venture.
    • Acquisition d’une participation de 50 pour cent dans un portefeuille d’immeubles de bureaux de premier ordre aux centres-villes de Toronto et de Calgary, au prix d’achat brut de 1,175 milliard de dollars canadiens, auprès d’Oxford Properties Group, qui conservera la participation restante de 50 pour cent. Le portefeuille compte sept immeubles de bureaux totalisant 4,2 millions de pieds carrés et un vaste éventail de locataires. La transaction porte la taille totale du portefeuille d’immeubles de bureaux détenu conjointement par Oxford et l’Office à plus de 12 millions de pieds carrés.
    • Acquisition d’une participation de 33 pour cent dans Pacific National pour un montant d’environ 1,7 milliard de dollars australiens, dans le cadre du consortium ayant fait l’acquisition d’Asciano Limited. Pacific National est l’un des principaux fournisseurs de services de transport ferroviaire de marchandises en Australie.

    Voici les faits saillants de nos activités de placement après la fin de l’exercice :

    • Signature d’une entente avec Baring Private Equity Asia visant la privatisation de Nord Anglia Education, Inc. (Nord Anglia) au moyen de l’acquisition de la totalité de ses actions en circulation, pour un montant de 4,3 milliards de dollars américains, y compris le remboursement de la dette. Nord Anglia exploite 43 écoles privées de premier plan dans 15 pays, notamment en Chine et ailleurs en Europe, au Moyen-Orient, en Amérique du Nord et en Asie du Sud-Est. Cette opération est assujettie à l’approbation des actionnaires et aux conditions de clôture habituelles.
    • Signature d’une entente définitive afin de faire l’acquisition d’Ascend Learning LLC (Ascend), un important fournisseur de contenu éducatif et de solutions logicielles et analytiques destinées à la formation, en partenariat avec des fonds d’actions de sociétés fermées gérés par Blackstone et la direction d’Ascend. Cette opération est assujettie aux approbations réglementaires et aux conditions de clôture habituelles.
    • Création d’une plateforme d’investissement stratégique avec The Phoenix Mills Limited (PML) afin d’aménager, de détenir et d’exploiter des immeubles à usage mixte axés sur le commerce de détail en Inde. L’Office détiendra initialement 30 pour cent de la plateforme, connue sous le nom d’Island Star Mall Developers Pvt. Ltd., une filiale de PML qui détient Phoenix MarketCity Bangalore, pour un placement en titres de capitaux propres d’environ 149 millions de dollars canadiens. L’engagement total de l’Office en ce qui concerne la plateforme s’élèvera à environ 330 millions de dollars canadiens, ce qui augmentera la participation de l’Office dans la plateforme à 49 pour cent.

    Cession d’actifs

    • Signature d’une entente en vue de vendre la participation de 25 pour cent de l’Office dans AWAS, un bailleur d’aéronefs de Dublin, à Dubai Aerospace Enterprise. La vente a été effectuée en partenariat avec Terra Firma. L’Office investissait dans AWAS depuis 2006.
    • Vente de la participation de 45 pour cent de l’Office dans le 1221 Avenue of the Americas, un immeuble de bureaux de Midtown Manhattan. Le produit net de la vente revenant à l’Office s’élève à environ 950 millions de dollars américains. L’Office a acquis cette participation en 2010.
    • Une société affiliée de Placements dans les instruments de crédit de l’Office d’investissement du RPC Inc. a vendu une participation de 16 pour cent dans Antares Holdings (Antares) à un fonds de placement privé géré par Northleaf Capital Partners (Northleaf). Northleaf et Antares forment une relation stratégique élargie, qui portera notamment sur le développement de comptes à gestion distincte et d’autres solutions de placement à l’intention des gestionnaires d’actifs, des investisseurs institutionnels et des particuliers canadiens.

    Faits saillants de l’Office

      • Nomination de trois nouveaux membres du conseil d’administration de l’Office pour des mandats de trois ans :

      o   Jackson Tai, nommé en juin 2016, est notre premier administrateur non résident. Il a également siégé au conseil de diverses sociétés ouvertes, notamment HSBC Holdings PLC, Eli Lilly & Company et MasterCard Incorporated

      o   Ashleigh Everett, nommé en février 2017, est présidente, secrétaire générale et administratrice de Royal Canadian Securities Limited. Elle a siégé au conseil de nombreuses sociétés ouvertes.

      o   John Montalbano, nommé en février 2017, qui siége également au conseil de plusieurs sociétés, dont Canalyst Financial Modeling Corporation, Wize Monkey Inc. et Eupraxia Pharmaceuticals Inc.

      • Signature d’un protocole d’entente avec la Commission nationale de développement et de réforme de la République populaire de Chine afin d’offrir l’expertise de l’Office aux décideurs chinois qui doivent composer avec les difficultés liées au vieillissement de la population de la Chine, ce qui comprend la réforme des régimes de retraite et la promotion de l’investissement dans le secteur des soins aux aînés en Chine auprès des investisseurs mondiaux. Dans le cadre de cette entente, l’Office a lancé l’édition chinoise de Fixing the Future: How Canada’s Usually Fractious Governments Worked Together to Rescue the Canada Pension Plan

      • CPPIB Capital Inc. (CPPIB Capital), une filiale en propriété exclusive de l’Office, a procédé à deux émissions de titres d’emprunt à l’échelle mondiale consistant en des billets à terme de trois ans totalisant deux milliards de dollars américains et en des billets à terme de cinq ans totalisant deux milliards de dollars américains. L’émission d’un montant prudent de titres d’emprunt à court et à moyen terme est l’un des moyens auxquels l’Office a recours pour gérer ses opérations de placement. L’émission de titres d’emprunt procure à l’Office la souplesse dont il a besoin pour financer des placements qui ne correspondent pas nécessairement au cycle des cotisations. L’Office utilisera le produit net de ce placement privé à des fins générales.

      À propos de l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada

      L’Office d’investissement du régime de pensions du Canada (l’Office) est un organisme de gestion de placements professionnel qui investit, pour le compte de 20 millions de cotisants et de bénéficiaires, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (le RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’Office investit dans des actions de sociétés ouvertes, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office a son siège social à Toronto et compte des bureaux à Hong Kong, à Londres, au Luxembourg, à Mumbai, à New York, à São Paulo et à Sydney. Sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 31 mars 2017, la caisse du RPC totalisait 316,7 milliards de dollars. Pour obtenir plus de renseignements à propos de l’Office, veuillez visiter le site Web, au www.cppib.com/fr, ou nous suivre sur LinkedIn ou Twitter.

      Contenu de l'article

      Pour plus d'information, veuillez communiquer avec:

      Dan Madge
      Directeur principal, Relations avec les médias
      Téléphone : +1 416 868-8629
      dmadge@cppib.com

      Mei Mavin
      Directrice, Communications d’entreprise
      Téléphone : +1 646 564 4920
      mmavin@cppib.com