22 mai 2008

TORONTO, ONT. (le 22 mai 2008) – La valeur de la caisse du Régime de pensions du Canada (RPC) s’est accrue de 6,1 milliards de dollars pour atteindre 122,7 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2008 terminé le 31 mars dernier, contre 116,6 milliards de dollars à la fin de l’exercice précédent. Cette augmentation, constituée de 6,5 milliards de dollars de cotisations dont le RPC n’a pas besoin pour financer les prestations de retraite courantes, a été partiellement contrebalancée par un rendement des placements négatif de 0,29 pour cent, soit 303 millions de dollars. 

« Il n’est jamais encourageant d’enregistrer un rendement négatif, affirme David Denison, président et chef de la direction de l’Office d’investissement du RPC, mais notre résultat pour l’exercice 2008 est conforme à nos paramètres de risque et de rendement à long terme et reflète la conjoncture difficile qui a prévalu sur les marchés financiers durant une bonne partie de l’exercice, en particulier pendant notre dernier trimestre, de janvier à mars 2008. Avec son mandat multi-générationnel, la caisse du RPC demeure sur la bonne voie pour aider à assurer la viabilité du RPC. » 

La gestion active procure une plus-value par rapport à l’indice de référence 
Malgré un rendement négatif, l’équipe des placements a surpassé de 241 points de base son indice de référence et dégagé une plus-value d’environ 2,9 milliards de dollars pour le portefeuille par rapport au rendement négatif de -2,7 pour cent de l’indice de référence. Pour un deuxième exercice consécutif, le rendement de l’organisme dépasse plus de 240 points de base celui de son indice de référence. 

« Au cours des deux derniers exercices, l’Office d’investissement du RPC a généré une plus-value d’environ 5,3 milliards de dollars par rapport à son indice de référence afin d’aider à constituer les prestations de retraite futures de 17 millions de Canadiens », ajoute M. Denison. La plus-value obtenue à l’exercice 2008 est principalement due aux stratégies de gestion active des placements en actions de sociétés fermées, qui ont généré une plus-value de 2,2 milliards de dollars, et aux programmes de biens immobiliers et d’infrastructures, dont l’apport a été de 0,7 milliard. 

Résultats sur quatre ans 
En raison de son horizon de placement à long terme, l’Office présente souvent ses résultats sur une période de quatre ans. Pour la période de quatre ans terminée le 31 mars 2008, le rendement annualisé de l’Office s’établit à 9,0 pour cent, ce qui représente une plus-value cumulative de 32,2 milliards de dollars pour la caisse du RPC, un rendement bien supérieur à celui nécessaire au maintien du taux de cotisation actuel du RPC. Le rendement de la caisse du RPC a été de 12,9 pour cent à l’exercice 2007, de 15,5 pour cent à l’exercice 2006 et de 8,5 pour cent à l’exercice 2005. 

Conjoncture des marchés à l’exercice 2008 
« La caisse du RPC n’a pas été immunisée contre la volatilité parfois extrême des marchés boursiers durant l’exercice 2008, explique M. Denison. Comme notre portefeuille est composé à près de 52 pour cent d’actions de sociétés ouvertes, la baisse de 12,8 pour cent sur les marchés boursiers des pays développés au cours de la période en a inévitablement fait chuter la valeur. » 

Cependant, la caisse a évité les problèmes liés au crédit qui ont touché bon nombre d’institutions financières et d’investisseurs au cours de l’année. Au début de la crise du crédit, en août 2007, la caisse ne détenait aucun placement lié aux prêts hypothécaires à risqué élevé, ni aucun autre placement dont le risque de crédit pouvait faire l’objet d’une réévaluation. 

La hausse du dollar canadien par rapport au dollar américain, et dans une moindre mesure par rapport aux autres monnaies importantes, est un autre facteur ayant nui au rendement de la caisse : exprimé en dollars canadiens, les rendements des placements étrangers de la caisse sont inférieurs. L’Office maintient une exposition stratégique sans couverture du risque de change aux monnaies étrangères pour 40 pour cent de l’actif de son portefeuille et ne fait appel à des stratégies de couverture que pour la portion excédant ce seuil. Globalement, les facteurs liés au change ont réduit le revenu des placements étrangers de la caisse exprimé en dollars canadiens de 1,4 milliard de dollars, ou 1,1 pour cent. 

Rendement des portefeuilles par service de placement à l’exercice 2008 
Un des principaux outils pour mesurer le rendement de nos équipes de placement est la plus-value obtenue par rapport à leur indice de référence respectif. La section ci-dessous présente la plus-value dégagée par chaque service, suivie d’une comparaison de leur rendement global d’un exercice sur l’autre. 

Les Placements sur les marchés publics ont généré une plus-value de 11 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 138 millions de dollars par rapport à l’indice de référence.

Conformément à l’horizon de placement à long terme de l’organisme et à la stratégie de placement qui en découle, le service des Placements sur les marchés publics maintient un portefeuille diversifié à l’échelle mondiale composé de titres de 2 600 sociétés ouvertes cotées sur les principales places boursières. Ce portefeuille a donc été durement touché par la chute généralisée des marchés boursiers. Dans l’ensemble, les Placements sur les marchés publics ont produit un rendement négatif de -2,4 pour cent, ou -2,4 milliards de dollars, contre un gain de 11 pour cent, ou 10 milliards de dollars, à l’exercice précédent. Le taux de change est responsable d’environ 1,0 milliard de dollars du rendement négatif enregistré. Les actions de sociétés ouvertes ont généré un rendement négatif de 6,8 pour cent, soit un revenu de placement net négatif de 4,5 milliards de dollars, contre un rendement positif de 13,1 pour cent, ou 8,1 milliards de dollars, à l’exercice précédent. À l’opposé, les titres à revenu fixe gérés par le service se sont bien comportés : les obligations et les titres du marché monétaire ont produit un solide rendement de 6,9 pour cent, soit 2,0 milliards de dollars, contre 5,9 pour cent à l’exercice précédent. 

Les Placements privés ont généré une plus-value de 225 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 2,7 milliards de dollars par rapport à l’indice de référence.

Le revenu de placement global du service s’est élevé à 1,7 milliard de dollars, mais le rendement net exprimé en dollars canadiens, soit après la prise en compte du taux de change, est de 1,5 milliard, ou 10,8 pour cent. Les placements en infrastructures ont produit un rendement de 23,6 pour cent, soit un revenu de placement net de 524 millions de dollars pour l’exercice 2008, contre 18,4 pour cent, ou 235 millions de dollars, à l’exercice précédent. Les Placements privés, comprenant les Fonds et placements secondaires et les Placements directs, ont obtenu un rendement de 8,2 pour cent, soit un revenu de placement net de 1,0 milliard de dollars, constitué de distributions et de gains valorisés provenant de nos placements dans des fonds, contre un rendement de 35,3 pour cent, ou 1,9 milliard de dollars, à l’exercice précédent. 

Les Placements immobiliers ont généré une plus-value de 10 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 105 millions de dollars par rapport à ses indices de référence.

Le portefeuille de placements immobiliers privés a produit un rendement de 8,2 pour cent, soit un revenu de placement net de 0,5 milliard de dollars, grâce à un solide rendement au Canada, contrebalancé en partie par un ralentissement aux États-Unis et au Royaume-Uni. À l’exercice 2007, le rendement de ce portefeuille avait été de 27,0 pour cent, soit 0,9 milliard de dollars. 

Comité de planification des placements 
Le rendement du Comité de planification des placements, qui guide les services de placement et prend les décisions relatives au placement qui ne sont pas imputables à un service en particulier, a été inférieur de 50 millions de dollars par rapport à l’indice de référence, soit un rendement négatif de -5 points de base pour l’ensemble de la caisse. 

Rendement des portefeuilles par catégorie d’actif à l’exercice

RENDEMENT DE LA CAISSE DU RPC

Catégorie d’actif 

Exercice 2008*

Exercice 2007*

Actions de sociétés ouvertes canadiennes 

3,2 %

12,4 %

Actions de sociétés fermées canadiennes 

2,2 %

45,3 %

Actions de sociétés ouvertes étrangères 

-13,9 %

13,5 %

Actions de sociétés fermées étrangères 

8,5 %

33,1 %

Obligations et titres du marché monétaire

6,9 %

5,9 %

Autres titres de créance 

0,3 %

– %

Placements immobiliers publics 

-24,2 %

38,1 %

Placements immobiliers privés 

8,2 %

27,0 %

Obligations indexées sur l’inflation 

9,3 %

0,9 %

Infrastructures 

23,6 %

18,4 %

Ensemble de la caisse du RPC 

-0,29 %

12,9 %

* Les résultats de placement par catégorie d’actif sont présentés en dollars canadiens sans couverture du risque de change, car la couverture, le cas échéant, est effectuée à l’échelle de l’ensemble de la caisse du RPC. Les résultats sont présentés selon une moyenne pondérée dans le temps.  

Croissance des placements en actions de sociétés fermées, en infrastructures et en biens immobiliers 
Durant l’exercice 2008, l’Office a maintenu son objectif d’accroître ses placements sur les marchés privés, notamment en biens immobiliers, en actions de sociétés fermées et en infrastructures. Son actif en biens immobiliers s’est accru de 1,2 milliard de dollars durant l’exercice pour atteindre 6,9 milliards de dollars. Des acquisitions ont été réalisées au Royaume-Uni, en Europe continentale et sur des marchés émergents, notamment en Chine et au Mexique. La valeur de nos actions dans des sociétés fermées s’est fortement appréciée, de 5,3 milliards de dollars, pour atteindre 13,4 milliards de dollars, grâce à des retraits provenant de nos placements dans des fonds et à de nouveaux placements directs de 2,4 milliards de dollars. Pendant l’exercice 2008, l’actif en biens immobiliers s’est accru de 0,6 milliard de dollars. Ce montant ne tient pas compte d’une transaction visant l’acquisition d’une participation de 28,1 pour cent dans Puget Energy, Inc., société de l’État de Washington, au coût de 884 millions de dollars américains (907 millions de dollars canadiens), en attente d’approbation des organismes de réglementation. Cette catégorie d’actif représente maintenant environ 19 pour cent de l’ensemble de la caisse. 

Composition de l’actif 
Nous avons également poursuivi la diversification du portefeuille par régions. L’Office entend continuer à investir une portion importante de son portefeuille au Canada, toutefois une part croissante de son actif sera placée à l’étranger au fur et à mesure que la caisse augmentera. Les placements canadiens de l’Office totalisaient 65,1 milliards de dollars à la fin de l’exercice, soit 53 pour cent du portefeuille, contre 57,7 milliards de dollars pour les placements à l’étranger

EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS

(en milliards de dollars) 

   

2008

2007

2006

2005

ÉVOLUTION DE L’ACTIF NET

Revenu

 

 

 

 

  Cotisations nettes

6,5

5,6

3,6

4,5

  Revenu de placement moins les charges d’exploitation

(0,4)

13,0

13,1

6,3

Augmentation de l’actif net   

6,1

18,6

16,7

10,8

 

AU 31 MARS (en milliards de dollars) 

2008

2007

2006

2005

PORTEFEUILLE DE PLACEMENT

Actions

 

 

 

 

  canadiennes

28,9

29,2

29,1

27,7

  étrangères

48,2

46,4

32,6

20,9

Titres à revenu fixe

 

 

 

 

  Obligations

30,2

29,2

27,2

28,6

  Autres titres de créance

1,1

  Titres du marché monétaire1

(1,5)

0,1

0,6

3,1

Stratégies de rendement absolu

1,5

Placements sensibles à l’inflation

 

 

 

 

  Immobilier

6,9

5,7

4,2

0,8

  Obligations indexées sur l’inflation

4,7

3,8

4,0

  Infrastructures

2,8

2,2

0,3

0,2

Portefeuille de placement2

122,8

116,6

98,0

81,3

 

RENDEMENT

 

 

 

 

Taux de rendement annuel3

-0,29 %

12,9 %

15,5 %

8,5 %

————————————————-

1Comprend les montants exigibles et payables au titre des opérations en cours, les dividendes à recevoir et les intérêts courus.

2Exclut les éléments d’actif non liés aux placements comme les locaux et le matériel ainsi que les passifs non liés aux placements.

3Depuis l’exercice 2007, le taux de rendement exprimé est celui du portefeuille de placement, qui ne tient pas compte du portefeuille de liquidités affectées aux prestations.

Au 31 mars 2008, les actions représentaient 62,7 pour cent de la caisse, soit 77,1 milliards de dollars. De ce montant, les actions de sociétés ouvertes représentaient 63,7 milliards de dollars, ou 51,8 pour cent, et les actions de sociétés fermées, 13,4 milliards de dollars, ou 10,9 pour cent. Les titres à revenu fixe, qui comprennent les obligations, les titres du marché monétaire et les autres titres de créance représentaient 24,3 pour cent du portefeuille, soit 29,8 milliards de dollars. Les stratégies de rendement absolu constituaient 1,3 pour cent du portefeuille1,5 milliard de dollars, et les placements sensibles à l’inflation, 11,7 pour cent, soit 14,4 milliards de dollars, répartis comme suit : 5,6 pour cent, ou 6,9 milliards de dollars, en placements immobiliers, 3,9 pour cent, ou 4,7 milliards de dollars, en obligations indexées sur l’inflation et 2,2 pour cent, ou 2,8 milliards de dollars, en infrastructures.

Viabilité de la caisse du RPC à long terme 
Selon les prévisions, les cotisations au RPC devraient être supérieures aux prestations versées jusqu’à la fin de 2019, ce qui laisse un délai de 12 ans avant qu’une partie du revenu de placement serve à financer les prestations du RPC. L’actuaire en chef du Canada estime qu’un taux de rendement réel de 4,2 pour cent est nécessaire au maintien à long terme du taux de cotisation actuel du RPC. Il estime également que la valeur de la caisse du RPC s’élèvera à environ 310 milliards de dollars d’ici la fin de 2019, ce qui en fait l’un des réservoirs de capital d’investissement à but unique les plus importants au monde et qui contribue à la pérennité du RPC à long terme. 

Office d’investissement du RPC 
L’Office d’investissement du RPC place, pour le compte de 17 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’Office investit dans des actions de sociétés cotées en Bourse, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des obligations indexées sur l’inflation, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office est responsable devant le Parlement du Canada et les ministres des Finances fédéral et provinciaux. Le siège social de l’Office d’investissement du RPC se trouve à Toronto, et sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’Office, consultez le site www.oirpc.ca.

Joel Kranc

Directeur des communications

416 874-5163

jkranc@cppib.ca

22 mai 2008

TORONTO, ONT. (le 22 mai 2008) – La valeur de la caisse du Régime de pensions du Canada (RPC) s’est accrue de 6,1 milliards de dollars pour atteindre 122,7 milliards de dollars à la fin de l’exercice 2008 terminé le 31 mars dernier, contre 116,6 milliards de dollars à la fin de l’exercice précédent. Cette augmentation, constituée de 6,5 milliards de dollars de cotisations dont le RPC n’a pas besoin pour financer les prestations de retraite courantes, a été partiellement contrebalancée par un rendement des placements négatif de 0,29 pour cent, soit 303 millions de dollars. 

« Il n’est jamais encourageant d’enregistrer un rendement négatif, affirme David Denison, président et chef de la direction de l’Office d’investissement du RPC, mais notre résultat pour l’exercice 2008 est conforme à nos paramètres de risque et de rendement à long terme et reflète la conjoncture difficile qui a prévalu sur les marchés financiers durant une bonne partie de l’exercice, en particulier pendant notre dernier trimestre, de janvier à mars 2008. Avec son mandat multi-générationnel, la caisse du RPC demeure sur la bonne voie pour aider à assurer la viabilité du RPC. » 

La gestion active procure une plus-value par rapport à l’indice de référence 
Malgré un rendement négatif, l’équipe des placements a surpassé de 241 points de base son indice de référence et dégagé une plus-value d’environ 2,9 milliards de dollars pour le portefeuille par rapport au rendement négatif de -2,7 pour cent de l’indice de référence. Pour un deuxième exercice consécutif, le rendement de l’organisme dépasse plus de 240 points de base celui de son indice de référence. 

« Au cours des deux derniers exercices, l’Office d’investissement du RPC a généré une plus-value d’environ 5,3 milliards de dollars par rapport à son indice de référence afin d’aider à constituer les prestations de retraite futures de 17 millions de Canadiens », ajoute M. Denison. La plus-value obtenue à l’exercice 2008 est principalement due aux stratégies de gestion active des placements en actions de sociétés fermées, qui ont généré une plus-value de 2,2 milliards de dollars, et aux programmes de biens immobiliers et d’infrastructures, dont l’apport a été de 0,7 milliard. 

Résultats sur quatre ans 
En raison de son horizon de placement à long terme, l’Office présente souvent ses résultats sur une période de quatre ans. Pour la période de quatre ans terminée le 31 mars 2008, le rendement annualisé de l’Office s’établit à 9,0 pour cent, ce qui représente une plus-value cumulative de 32,2 milliards de dollars pour la caisse du RPC, un rendement bien supérieur à celui nécessaire au maintien du taux de cotisation actuel du RPC. Le rendement de la caisse du RPC a été de 12,9 pour cent à l’exercice 2007, de 15,5 pour cent à l’exercice 2006 et de 8,5 pour cent à l’exercice 2005. 

Conjoncture des marchés à l’exercice 2008 
« La caisse du RPC n’a pas été immunisée contre la volatilité parfois extrême des marchés boursiers durant l’exercice 2008, explique M. Denison. Comme notre portefeuille est composé à près de 52 pour cent d’actions de sociétés ouvertes, la baisse de 12,8 pour cent sur les marchés boursiers des pays développés au cours de la période en a inévitablement fait chuter la valeur. » 

Cependant, la caisse a évité les problèmes liés au crédit qui ont touché bon nombre d’institutions financières et d’investisseurs au cours de l’année. Au début de la crise du crédit, en août 2007, la caisse ne détenait aucun placement lié aux prêts hypothécaires à risqué élevé, ni aucun autre placement dont le risque de crédit pouvait faire l’objet d’une réévaluation. 

La hausse du dollar canadien par rapport au dollar américain, et dans une moindre mesure par rapport aux autres monnaies importantes, est un autre facteur ayant nui au rendement de la caisse : exprimé en dollars canadiens, les rendements des placements étrangers de la caisse sont inférieurs. L’Office maintient une exposition stratégique sans couverture du risque de change aux monnaies étrangères pour 40 pour cent de l’actif de son portefeuille et ne fait appel à des stratégies de couverture que pour la portion excédant ce seuil. Globalement, les facteurs liés au change ont réduit le revenu des placements étrangers de la caisse exprimé en dollars canadiens de 1,4 milliard de dollars, ou 1,1 pour cent. 

Rendement des portefeuilles par service de placement à l’exercice 2008 
Un des principaux outils pour mesurer le rendement de nos équipes de placement est la plus-value obtenue par rapport à leur indice de référence respectif. La section ci-dessous présente la plus-value dégagée par chaque service, suivie d’une comparaison de leur rendement global d’un exercice sur l’autre. 

Les Placements sur les marchés publics ont généré une plus-value de 11 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 138 millions de dollars par rapport à l’indice de référence.

Conformément à l’horizon de placement à long terme de l’organisme et à la stratégie de placement qui en découle, le service des Placements sur les marchés publics maintient un portefeuille diversifié à l’échelle mondiale composé de titres de 2 600 sociétés ouvertes cotées sur les principales places boursières. Ce portefeuille a donc été durement touché par la chute généralisée des marchés boursiers. Dans l’ensemble, les Placements sur les marchés publics ont produit un rendement négatif de -2,4 pour cent, ou -2,4 milliards de dollars, contre un gain de 11 pour cent, ou 10 milliards de dollars, à l’exercice précédent. Le taux de change est responsable d’environ 1,0 milliard de dollars du rendement négatif enregistré. Les actions de sociétés ouvertes ont généré un rendement négatif de 6,8 pour cent, soit un revenu de placement net négatif de 4,5 milliards de dollars, contre un rendement positif de 13,1 pour cent, ou 8,1 milliards de dollars, à l’exercice précédent. À l’opposé, les titres à revenu fixe gérés par le service se sont bien comportés : les obligations et les titres du marché monétaire ont produit un solide rendement de 6,9 pour cent, soit 2,0 milliards de dollars, contre 5,9 pour cent à l’exercice précédent. 

Les Placements privés ont généré une plus-value de 225 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 2,7 milliards de dollars par rapport à l’indice de référence.

Le revenu de placement global du service s’est élevé à 1,7 milliard de dollars, mais le rendement net exprimé en dollars canadiens, soit après la prise en compte du taux de change, est de 1,5 milliard, ou 10,8 pour cent. Les placements en infrastructures ont produit un rendement de 23,6 pour cent, soit un revenu de placement net de 524 millions de dollars pour l’exercice 2008, contre 18,4 pour cent, ou 235 millions de dollars, à l’exercice précédent. Les Placements privés, comprenant les Fonds et placements secondaires et les Placements directs, ont obtenu un rendement de 8,2 pour cent, soit un revenu de placement net de 1,0 milliard de dollars, constitué de distributions et de gains valorisés provenant de nos placements dans des fonds, contre un rendement de 35,3 pour cent, ou 1,9 milliard de dollars, à l’exercice précédent. 

Les Placements immobiliers ont généré une plus-value de 10 points de base pour l’ensemble de la caisse, soit un revenu de placement supplémentaire d’environ 105 millions de dollars par rapport à ses indices de référence.

Le portefeuille de placements immobiliers privés a produit un rendement de 8,2 pour cent, soit un revenu de placement net de 0,5 milliard de dollars, grâce à un solide rendement au Canada, contrebalancé en partie par un ralentissement aux États-Unis et au Royaume-Uni. À l’exercice 2007, le rendement de ce portefeuille avait été de 27,0 pour cent, soit 0,9 milliard de dollars. 

Comité de planification des placements 
Le rendement du Comité de planification des placements, qui guide les services de placement et prend les décisions relatives au placement qui ne sont pas imputables à un service en particulier, a été inférieur de 50 millions de dollars par rapport à l’indice de référence, soit un rendement négatif de -5 points de base pour l’ensemble de la caisse. 

Rendement des portefeuilles par catégorie d’actif à l’exercice

RENDEMENT DE LA CAISSE DU RPC

Catégorie d’actif 

Exercice 2008*

Exercice 2007*

Actions de sociétés ouvertes canadiennes 

3,2 %

12,4 %

Actions de sociétés fermées canadiennes 

2,2 %

45,3 %

Actions de sociétés ouvertes étrangères 

-13,9 %

13,5 %

Actions de sociétés fermées étrangères 

8,5 %

33,1 %

Obligations et titres du marché monétaire

6,9 %

5,9 %

Autres titres de créance 

0,3 %

- %

Placements immobiliers publics 

-24,2 %

38,1 %

Placements immobiliers privés 

8,2 %

27,0 %

Obligations indexées sur l’inflation 

9,3 %

0,9 %

Infrastructures 

23,6 %

18,4 %

Ensemble de la caisse du RPC 

-0,29 %

12,9 %

* Les résultats de placement par catégorie d’actif sont présentés en dollars canadiens sans couverture du risque de change, car la couverture, le cas échéant, est effectuée à l’échelle de l’ensemble de la caisse du RPC. Les résultats sont présentés selon une moyenne pondérée dans le temps.  

Croissance des placements en actions de sociétés fermées, en infrastructures et en biens immobiliers 
Durant l’exercice 2008, l’Office a maintenu son objectif d’accroître ses placements sur les marchés privés, notamment en biens immobiliers, en actions de sociétés fermées et en infrastructures. Son actif en biens immobiliers s’est accru de 1,2 milliard de dollars durant l’exercice pour atteindre 6,9 milliards de dollars. Des acquisitions ont été réalisées au Royaume-Uni, en Europe continentale et sur des marchés émergents, notamment en Chine et au Mexique. La valeur de nos actions dans des sociétés fermées s’est fortement appréciée, de 5,3 milliards de dollars, pour atteindre 13,4 milliards de dollars, grâce à des retraits provenant de nos placements dans des fonds et à de nouveaux placements directs de 2,4 milliards de dollars. Pendant l’exercice 2008, l’actif en biens immobiliers s’est accru de 0,6 milliard de dollars. Ce montant ne tient pas compte d’une transaction visant l’acquisition d’une participation de 28,1 pour cent dans Puget Energy, Inc., société de l’État de Washington, au coût de 884 millions de dollars américains (907 millions de dollars canadiens), en attente d’approbation des organismes de réglementation. Cette catégorie d’actif représente maintenant environ 19 pour cent de l’ensemble de la caisse. 

Composition de l’actif 
Nous avons également poursuivi la diversification du portefeuille par régions. L’Office entend continuer à investir une portion importante de son portefeuille au Canada, toutefois une part croissante de son actif sera placée à l’étranger au fur et à mesure que la caisse augmentera. Les placements canadiens de l’Office totalisaient 65,1 milliards de dollars à la fin de l’exercice, soit 53 pour cent du portefeuille, contre 57,7 milliards de dollars pour les placements à l’étranger

EXERCICE TERMINÉ LE 31 MARS

(en milliards de dollars) 

   

2008

2007

2006

2005

ÉVOLUTION DE L’ACTIF NET

Revenu

 

 

 

 

  Cotisations nettes

6,5

5,6

3,6

4,5

  Revenu de placement moins les charges d’exploitation

(0,4)

13,0

13,1

6,3

Augmentation de l’actif net   

6,1

18,6

16,7

10,8

 

AU 31 MARS (en milliards de dollars) 

2008

2007

2006

2005

PORTEFEUILLE DE PLACEMENT

Actions

 

 

 

 

  canadiennes

28,9

29,2

29,1

27,7

  étrangères

48,2

46,4

32,6

20,9

Titres à revenu fixe

 

 

 

 

  Obligations

30,2

29,2

27,2

28,6

  Autres titres de créance

1,1

-

-

-

  Titres du marché monétaire1

(1,5)

0,1

0,6

3,1

Stratégies de rendement absolu

1,5

-

-

-

Placements sensibles à l’inflation

 

 

 

 

  Immobilier

6,9

5,7

4,2

0,8

  Obligations indexées sur l’inflation

4,7

3,8

4,0

-

  Infrastructures

2,8

2,2

0,3

0,2

Portefeuille de placement2

122,8

116,6

98,0

81,3

 

RENDEMENT

 

 

 

 

Taux de rendement annuel3

-0,29 %

12,9 %

15,5 %

8,5 %

-------------------------------------------------

1Comprend les montants exigibles et payables au titre des opérations en cours, les dividendes à recevoir et les intérêts courus.

2Exclut les éléments d’actif non liés aux placements comme les locaux et le matériel ainsi que les passifs non liés aux placements.

3Depuis l’exercice 2007, le taux de rendement exprimé est celui du portefeuille de placement, qui ne tient pas compte du portefeuille de liquidités affectées aux prestations.

Au 31 mars 2008, les actions représentaient 62,7 pour cent de la caisse, soit 77,1 milliards de dollars. De ce montant, les actions de sociétés ouvertes représentaient 63,7 milliards de dollars, ou 51,8 pour cent, et les actions de sociétés fermées, 13,4 milliards de dollars, ou 10,9 pour cent. Les titres à revenu fixe, qui comprennent les obligations, les titres du marché monétaire et les autres titres de créance représentaient 24,3 pour cent du portefeuille, soit 29,8 milliards de dollars. Les stratégies de rendement absolu constituaient 1,3 pour cent du portefeuille1,5 milliard de dollars, et les placements sensibles à l’inflation, 11,7 pour cent, soit 14,4 milliards de dollars, répartis comme suit : 5,6 pour cent, ou 6,9 milliards de dollars, en placements immobiliers, 3,9 pour cent, ou 4,7 milliards de dollars, en obligations indexées sur l’inflation et 2,2 pour cent, ou 2,8 milliards de dollars, en infrastructures.

Viabilité de la caisse du RPC à long terme 
Selon les prévisions, les cotisations au RPC devraient être supérieures aux prestations versées jusqu’à la fin de 2019, ce qui laisse un délai de 12 ans avant qu’une partie du revenu de placement serve à financer les prestations du RPC. L’actuaire en chef du Canada estime qu’un taux de rendement réel de 4,2 pour cent est nécessaire au maintien à long terme du taux de cotisation actuel du RPC. Il estime également que la valeur de la caisse du RPC s’élèvera à environ 310 milliards de dollars d’ici la fin de 2019, ce qui en fait l’un des réservoirs de capital d’investissement à but unique les plus importants au monde et qui contribue à la pérennité du RPC à long terme. 

Office d’investissement du RPC 
L’Office d’investissement du RPC place, pour le compte de 17 millions de cotisants et de bénéficiaires canadiens, les fonds dont le Régime de pensions du Canada (RPC) n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l’Office investit dans des actions de sociétés cotées en Bourse, des actions de sociétés fermées, des biens immobiliers, des obligations indexées sur l’inflation, des infrastructures et des titres à revenu fixe. L’Office est responsable devant le Parlement du Canada et les ministres des Finances fédéral et provinciaux. Le siège social de l’Office d’investissement du RPC se trouve à Toronto, et sa gouvernance et sa gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada. L’Office n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Pour obtenir de plus amples renseignements sur l’Office, consultez le site www.oirpc.ca.

Joel Kranc

Directeur des communications

416 874-5163

jkranc@cppib.ca