15 mai 2003

TORONTO (le 15 mai 2003) – L’actif total dont dispose le Régime de pensions du Canada a subi une perte de 1,1 milliard de dollars, ce qui représente un taux de rendement négatif de 1,5 % pour l’exercice terminé le 31 mars 2003, contre un gain de 2,3 milliards de dollars pour l’exercice précédent, soit un taux de rendement positif de 5,7 %. Au 31 mars 2003, la valeur de l’actif consolidé du RPC s’établissait à 55,6 milliards de dollars.

Une proportion de 69 % de l’actif était constituée d’environ 38,1 milliards de dollars de titres à revenu fixe, détenus par le Régime de pensions du Canada et gérés par le ministère des Finances, à Ottawa; les 31 % restants consistaient en 17,5 milliards de dollars d’actions gérés par l’Office d’investissement du RPC, à Toronto.

Les titres à revenu fixe comprenaient 31 milliards de dollars d’obligations d’État fédérales et provinciales et un dépôt en espèces de 7,1 milliards de dollars portant intérêt. Cette partie de l’actif a produit un revenu de placement de 3 milliards de dollars, soit un taux de rendement de 8,4 %. Pendant l’exercice précédent, les titres à revenu fixe, qui totalisaient 39,3 milliards de dollars, ont rapporté 2 milliards de dollars, soit un taux de rendement de 5 %. Au cours de l’exercice, une partie des obligations sont arrivées à échéance, et leur produit a été transféré à l’Office.

Le portefeuille d’actions comprenait 89 % de titres de sociétés ouvertes, 9 % d’actions de sociétés fermées et 2 % d’immobilier (une combinaison d’actions de sociétés immobilières fermées et de titres de sociétés immobilières ouvertes).

Ce portefeuille d’actions et de placements immobiliers, d’une valeur de 17,5 milliards de dollars, contre 14,3 milliards un an auparavant, comprenait 7,3 milliards de transferts de liquidités provenant du RPC, effectués pendant l’exercice 2003. Les actions et l’immobilier ont accusé une perte de 4,1 milliards de dollars pendant l’exercice 2003, soit un taux de rendement négatif de 21,1 %, contre un gain de placement de 316 millions de dollars pendant l’exercice précédent, soit un taux de rendement de 3,4 %.

« Les 12 mois terminés le 31 mars 2003 ont été éprouvants pour les fiduciaires de caisse de retraite du monde entier. Le marasme boursier a continué de sévir à l’échelle planétaire, les marchés affichant certains des pires rendements que l’on ait vus depuis un siècle, tandis que les titres à revenu fixe offraient des rendements solides à cause de la baisse des taux d’intérêts », a constaté le président et chef de la direction de l’Office, John MacNaughton.

« Le rendement de l’actif consolidé du RPC a été meilleur qu’on aurait pu le prévoir parce qu’un pourcentage relativement élevé de l’actif était investi dans des titres à revenu fixe. Par conséquent, les pertes ont été atténuées, mais pas éliminées », a-t-il ajouté.

Selon les projections actuarielles, le montant des cotisations au RPC devrait être supérieur aux paiements de prestations jusqu’en 2021, ce qui laisse un délai de 18 ans avant que l’on ait besoin d’une partie du revenu produit par l’Office pour payer les pensions.

« Même s’il faut un certain courage pour effectuer des placements dans une période de recul des marchés, cela représente une excellente occasion de faire des placements sur les marchés boursiers à des cours plus bas, ce qui correspond à notre stratégie de placement à long terme visant à assurer la viabilité du RPC, a déclaré M. MacNaughton. L’histoire des marchés financiers nous donne confiance dans le fait que nous avons raison de maintenir le cap. Nous continuerons à accroître et à diversifier notre portefeuille, progressivement et patiemment, tout en demeurant axés sur le long terme. »

Le 3 avril 2003, le Parlement a adopté une loi, qui nécessite maintenant l’assentiment des provinces, prévoyant le transfert à l’Office de la responsabilité de gérer les obligations et les dépôts en espèces du RPC au cours des trois prochaines années.

Le rapport annuel de l’Office se trouve dans son site Web, à l’adresse

L’Office est une société d’État, créée par une loi du Parlement en décembre 1997. Il investit sur les marchés financiers les fonds dont le Régime de pensions du Canada n’a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Les rentrées de fonds sont actuellement placées dans des actions et de l’immobilier afin de compenser les liquidités et les obligations détenues par le Régime de pensions du Canada. En augmentant la valeur de ces fonds à long terme, l’Office aidera le Régime de pensions du Canada à tenir la promesse de pensions faite à la population canadienne. L’Office, qui se trouve à Toronto et dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Son exercice commence le 1er avril et se termine le 31 mars.

Une téléconférence est prévue le 15 mai, à 10:30 h H.A.E., pour discuter de ces résultats. Les médias qui désirent y participer sont priés de communiquer avec Lisa Thompson, au 416 868?4682 ou lthompson@cppib.ca. Cette téléconférence sera aussi diffusée dans notre site Web, à l’adresse www.oirpc.ca.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

John A. MacNaughton

Président et chef de la direction

416 868-4077

OU

Ian Dale

Vice-président

Communications et relations avec les intéressés

416 868-4086

idale@cppib.ca

15 mai 2003

TORONTO (le 15 mai 2003) - L'actif total dont dispose le Régime de pensions du Canada a subi une perte de 1,1 milliard de dollars, ce qui représente un taux de rendement négatif de 1,5 % pour l'exercice terminé le 31 mars 2003, contre un gain de 2,3 milliards de dollars pour l'exercice précédent, soit un taux de rendement positif de 5,7 %. Au 31 mars 2003, la valeur de l'actif consolidé du RPC s'établissait à 55,6 milliards de dollars.

Une proportion de 69 % de l'actif était constituée d'environ 38,1 milliards de dollars de titres à revenu fixe, détenus par le Régime de pensions du Canada et gérés par le ministère des Finances, à Ottawa; les 31 % restants consistaient en 17,5 milliards de dollars d'actions gérés par l'Office d'investissement du RPC, à Toronto.

Les titres à revenu fixe comprenaient 31 milliards de dollars d'obligations d'État fédérales et provinciales et un dépôt en espèces de 7,1 milliards de dollars portant intérêt. Cette partie de l'actif a produit un revenu de placement de 3 milliards de dollars, soit un taux de rendement de 8,4 %. Pendant l'exercice précédent, les titres à revenu fixe, qui totalisaient 39,3 milliards de dollars, ont rapporté 2 milliards de dollars, soit un taux de rendement de 5 %. Au cours de l'exercice, une partie des obligations sont arrivées à échéance, et leur produit a été transféré à l'Office.

Le portefeuille d'actions comprenait 89 % de titres de sociétés ouvertes, 9 % d'actions de sociétés fermées et 2 % d'immobilier (une combinaison d'actions de sociétés immobilières fermées et de titres de sociétés immobilières ouvertes).

Ce portefeuille d'actions et de placements immobiliers, d'une valeur de 17,5 milliards de dollars, contre 14,3 milliards un an auparavant, comprenait 7,3 milliards de transferts de liquidités provenant du RPC, effectués pendant l'exercice 2003. Les actions et l'immobilier ont accusé une perte de 4,1 milliards de dollars pendant l'exercice 2003, soit un taux de rendement négatif de 21,1 %, contre un gain de placement de 316 millions de dollars pendant l'exercice précédent, soit un taux de rendement de 3,4 %.

« Les 12 mois terminés le 31 mars 2003 ont été éprouvants pour les fiduciaires de caisse de retraite du monde entier. Le marasme boursier a continué de sévir à l'échelle planétaire, les marchés affichant certains des pires rendements que l'on ait vus depuis un siècle, tandis que les titres à revenu fixe offraient des rendements solides à cause de la baisse des taux d'intérêts », a constaté le président et chef de la direction de l'Office, John MacNaughton.

« Le rendement de l'actif consolidé du RPC a été meilleur qu'on aurait pu le prévoir parce qu'un pourcentage relativement élevé de l'actif était investi dans des titres à revenu fixe. Par conséquent, les pertes ont été atténuées, mais pas éliminées », a-t-il ajouté.

Selon les projections actuarielles, le montant des cotisations au RPC devrait être supérieur aux paiements de prestations jusqu'en 2021, ce qui laisse un délai de 18 ans avant que l'on ait besoin d'une partie du revenu produit par l'Office pour payer les pensions.

« Même s'il faut un certain courage pour effectuer des placements dans une période de recul des marchés, cela représente une excellente occasion de faire des placements sur les marchés boursiers à des cours plus bas, ce qui correspond à notre stratégie de placement à long terme visant à assurer la viabilité du RPC, a déclaré M. MacNaughton. L'histoire des marchés financiers nous donne confiance dans le fait que nous avons raison de maintenir le cap. Nous continuerons à accroître et à diversifier notre portefeuille, progressivement et patiemment, tout en demeurant axés sur le long terme. »

Le 3 avril 2003, le Parlement a adopté une loi, qui nécessite maintenant l'assentiment des provinces, prévoyant le transfert à l'Office de la responsabilité de gérer les obligations et les dépôts en espèces du RPC au cours des trois prochaines années.

Le rapport annuel de l'Office se trouve dans son site Web, à l'adresse

L'Office est une société d'État, créée par une loi du Parlement en décembre 1997. Il investit sur les marchés financiers les fonds dont le Régime de pensions du Canada n'a pas besoin pour verser les prestations de retraite courantes. Les rentrées de fonds sont actuellement placées dans des actions et de l'immobilier afin de compenser les liquidités et les obligations détenues par le Régime de pensions du Canada. En augmentant la valeur de ces fonds à long terme, l'Office aidera le Régime de pensions du Canada à tenir la promesse de pensions faite à la population canadienne. L'Office, qui se trouve à Toronto et dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n'a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Son exercice commence le 1er avril et se termine le 31 mars.

Une téléconférence est prévue le 15 mai, à 10:30 h H.A.E., pour discuter de ces résultats. Les médias qui désirent y participer sont priés de communiquer avec Lisa Thompson, au 416 868?4682 ou lthompson@cppib.ca. Cette téléconférence sera aussi diffusée dans notre site Web, à l'adresse www.oirpc.ca.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec :

John A. MacNaughton

Président et chef de la direction

416 868-4077

OU

Ian Dale

Vice-président

Communications et relations avec les intéressés

416 868-4086

idale@cppib.ca