13 août 2001

TORONTO (le 13 août 2001) : L’Office d’investissement du RPC a annoncé aujourd’hui que ses placements avaient enregistré un rendement positif au premier trimestre de l’exercice 2002, ce qui constitue un revirement marqué par rapport aux pertes enregistrées à la fin de l’exercice précédent.

La valeur marchande totale de l’actif détenu par l’Office d’investissement du RPC était de 11 milliards de dollars au 30 juin 2001, contre 7,2 milliards de dollars à la fin de l’exercice. Cet actif est investi exclusivement dans des actions au moyen de fonds indiciels gérés à l’externe et représentait environ 20 % de l’actif consolidé dont dispose le Régime de pensions du Canada, qui détient un portefeuille d’obligations d’État fédérales et provinciales et une réserve liquide de fonctionnement, tous deux gérés par le Ministère des Finances du Canada.

L’actif géré par l’Office d’investissement du RPC a rapporté un revenu net de 58,1 millions de dollars pour le premier trimestre terminé le 30 juin 2001, contre une perte de 786 millions de dollars au cours du trimestre précédent. Le revenu et les pertes de placement représente les gains et pertes en capital réalisés et non réalisés ainsi que les dividendes, les intérêts et autres distributions.

Le taux de rendement des placements pour le trimestre a été de 2,0 %, contre 1,1 % pour l’indice de référence. Environ 71 % de l’actif à la valeur marchande étaient placés dans des actions canadiennes, qui ont rapporté 3,3 % comparé à 2,1 % pour l’indice composé TSE 300 de la Bourse de Toronto. Le rendement du portefeuille canadien a été supérieur à celui du marché en raison principalement de la politique de gestion des risques visant à limiter la part du portefeuille investie dans une seule et même société. Les 29 % de l’actif à la valeur marchande investis dans des actions étrangères ont enregistré un rendement négatif de 1,1 %, contre moins 1,3 % pour l’indice de référence (composé de l’indice S & P 500 pour les actions américaines et de l’indice MSCI EAFE pour les actions internationales). Le portefeuille étranger a connu un meilleur rendement que l’indice de référence du fait du moment où ont été investis sur le marché les fonds reçus du Régime de pensions du Canada.

« Bien que modestes, les résultats enregistrés au premier trimestre sont encourageants compte tenu du fait que nous avons assisté à l’un des pires reculs de la bourse en un trimestre au cours des 30 dernières années, a fait remarquer John A. MacNaughton, président et chef de la direction. Le rendement du portefeuille va continuer de fluctuer – de façon marquée parfois – d’un trimestre à l’autre. À long terme, cependant, le rendement sera positif et plus stable. »

Selon les hypothèses actuarielles du Régime de pensions du Canada, les cotisations devraient dépasser les paiements de prestations jusqu’en 2021. La période de placement est donc de 20 ans avant que l’on ait besoin du revenu de placement pour aider à payer les retraites. « Notre horizon de placement à long terme nous permet de tirer parti des replis inévitables du marché en achetant des actions dont les prix sont bas comparés à ce que nous croyons qu’ils seront dans 20 ans », a dit M. MacNaughton.

Selon les hypothèses de placement et les hypothèses actuarielles de l’actuaire en chef du gouvernement fédéral, la valeur de l’actif géré devrait s’accroître pour atteindre au moins 130 milliards de dollars d’ici 2011.

L’Office d’investissement du RPC est une société d’État, créée par une loi du Parlement en décembre 1997. Il investit sur les marchés financiers les fonds dont le Régime de pensions du Canada n’a pas besoin pour payer les prestations de retraite courantes. Actuellement, toutes les rentrées de fonds sont investies en actions afin de compenser l’encaisse et les obligations détenues par le Régime de pensions du Canada. En augmentant la valeur de ces fonds à long terme, l’Office d’investissement du RPC aidera le Régime à tenir la promesse de pensions faite à la population canadienne. L’Office d’investissement du RPC, dont la régie et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n’a pas de lien de dépendance avec les gouvernements.

Pour de plus amples renseignements, s’adresser à :

John A. MacNaughton
Président et chef de la direction
416-868-4077

13 août 2001

TORONTO (le 13 août 2001) : L'Office d'investissement du RPC a annoncé aujourd'hui que ses placements avaient enregistré un rendement positif au premier trimestre de l'exercice 2002, ce qui constitue un revirement marqué par rapport aux pertes enregistrées à la fin de l'exercice précédent.

La valeur marchande totale de l'actif détenu par l'Office d'investissement du RPC était de 11 milliards de dollars au 30 juin 2001, contre 7,2 milliards de dollars à la fin de l'exercice. Cet actif est investi exclusivement dans des actions au moyen de fonds indiciels gérés à l'externe et représentait environ 20 % de l'actif consolidé dont dispose le Régime de pensions du Canada, qui détient un portefeuille d'obligations d'État fédérales et provinciales et une réserve liquide de fonctionnement, tous deux gérés par le Ministère des Finances du Canada.

L'actif géré par l'Office d'investissement du RPC a rapporté un revenu net de 58,1 millions de dollars pour le premier trimestre terminé le 30 juin 2001, contre une perte de 786 millions de dollars au cours du trimestre précédent. Le revenu et les pertes de placement représente les gains et pertes en capital réalisés et non réalisés ainsi que les dividendes, les intérêts et autres distributions.

Le taux de rendement des placements pour le trimestre a été de 2,0 %, contre 1,1 % pour l'indice de référence. Environ 71 % de l'actif à la valeur marchande étaient placés dans des actions canadiennes, qui ont rapporté 3,3 % comparé à 2,1 % pour l'indice composé TSE 300 de la Bourse de Toronto. Le rendement du portefeuille canadien a été supérieur à celui du marché en raison principalement de la politique de gestion des risques visant à limiter la part du portefeuille investie dans une seule et même société. Les 29 % de l'actif à la valeur marchande investis dans des actions étrangères ont enregistré un rendement négatif de 1,1 %, contre moins 1,3 % pour l'indice de référence (composé de l'indice S & P 500 pour les actions américaines et de l'indice MSCI EAFE pour les actions internationales). Le portefeuille étranger a connu un meilleur rendement que l'indice de référence du fait du moment où ont été investis sur le marché les fonds reçus du Régime de pensions du Canada.

« Bien que modestes, les résultats enregistrés au premier trimestre sont encourageants compte tenu du fait que nous avons assisté à l'un des pires reculs de la bourse en un trimestre au cours des 30 dernières années, a fait remarquer John A. MacNaughton, président et chef de la direction. Le rendement du portefeuille va continuer de fluctuer - de façon marquée parfois - d'un trimestre à l'autre. À long terme, cependant, le rendement sera positif et plus stable. »

Selon les hypothèses actuarielles du Régime de pensions du Canada, les cotisations devraient dépasser les paiements de prestations jusqu'en 2021. La période de placement est donc de 20 ans avant que l'on ait besoin du revenu de placement pour aider à payer les retraites. « Notre horizon de placement à long terme nous permet de tirer parti des replis inévitables du marché en achetant des actions dont les prix sont bas comparés à ce que nous croyons qu'ils seront dans 20 ans », a dit M. MacNaughton.

Selon les hypothèses de placement et les hypothèses actuarielles de l'actuaire en chef du gouvernement fédéral, la valeur de l'actif géré devrait s'accroître pour atteindre au moins 130 milliards de dollars d'ici 2011.

L'Office d'investissement du RPC est une société d'État, créée par une loi du Parlement en décembre 1997. Il investit sur les marchés financiers les fonds dont le Régime de pensions du Canada n'a pas besoin pour payer les prestations de retraite courantes. Actuellement, toutes les rentrées de fonds sont investies en actions afin de compenser l'encaisse et les obligations détenues par le Régime de pensions du Canada. En augmentant la valeur de ces fonds à long terme, l'Office d'investissement du RPC aidera le Régime à tenir la promesse de pensions faite à la population canadienne. L'Office d'investissement du RPC, dont la régie et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n'a pas de lien de dépendance avec les gouvernements.

Pour de plus amples renseignements, s'adresser à :

John A. MacNaughton
Président et chef de la direction
416-868-4077